A propos de moi...

  • laurence
  • Le blog de laurence
  • Femme
  • 07/05/1959
  • litterature poesie ecriture internet livres
  • je suis atteinte de la sclérose en plaques; j'ai passé 8 ans en fauteuil roulant, je suis fière de remarcher par mon désir de m'en sortir ! je suis fière de me transformer moralement et physiquement, je suis redevenue femme a part entière !

Vous avez osé entrer ici !

Mon pays vit avec vous !

BON DE COMMANDE DE MES LIVRES









BONJOUR !

voici mon catalogue littéraire, 
vous faites votre choix ...
ici
et vous commandez ensuite ...












BON DE COMMANDE :
livres de Laurence  
 
Je vous propose de me le commander 
directement grâce à  ce bon de commande !
Cliquez
 
ICI
ou par mail pour un renseignement ! 

Pour vous aider dans votre choix, voici le diporama de tous les livres disponibles !
 



240slmni

*MES LIVRES JEUNESSE !







 

BONJOUR !

 

 

 






 



Voici ma collection de livres jeunesse !


bv000008

 

(le marque-pages de chaque livre est offert pour tout achat .
la boite de 12 crayons de couleurs est offerte pour le livre coloriage)

livres enfants



1) "Pour le bonheur des enfants"














Recueil de 6 nouvelles pour les enfants de 3 à 10 ans !
à lire seul ou à se faire raconter.... une centaine de pages écrites en assez gros caractères !
chaque nouvelle comporte une illustration que vous pouvez découvrir dans le diaporama qui suit !

* Marguerite la vache qui veut prendre le train...
* Kévin et sa grand-mère extraordinaire !
* Les vacances de Chloé
* Feu, un chien heureux !
* Les aventures de nicolas
* Les engins catastrophes...

ISBN : 978-2-9531541-0-8
PRIX : 11 €+ port(3€)

DIAPORAMA :





2) "L'abécédaire en image"

Kévin a demandé à sa grand-mère un livre pour apprendre les lettres...
livre coloré pour les plus jeunes  commençant l'apprentissage de la lecture !
40 pages pour s'amuser avec les lettres...

  

    

         

      


ISBN : 978-2-9531541-2-2
PRIX : 10 €+ port (2€)
Ce livre est en cours de réimpression rupture de stocks actuellement


3) "Au pays des mystères"

recueil de 3 histoires mystérieuses pour les enfants de 7 à 12 ans !
40 pages qui plongent l'enfant dans un monde étrange....


     


          



ISBN : 978-2-9531541-3-9
PRIX : 9 €+ port (2€)

EPUISE


4) Je découvre la vie à la ferme

livre coloriage pour les 3 à 8 ans
.
d'une centaine de pages,
 texte explicatif sur la vie de la ferme et dessins à colorier



EPUISE  






ISBN : 978-2-9531541-4-6
PRIX : 10
€+ port (3€)


Pour les commander :

Avec le bon de commande situé plus haut
ou par mail :

 Dlaurence2@aol.com
 





ou lors de mes salons du livre :
 
lecture enfants

OU ME RETROUVER  :    

   
  
   Salons 2014 :
       
                         Saint Martin de Jussac (87) le Dimanche 16 Mars 2014
 
     
 
* Lire à Limoges (87) aura lieu les Vendredi 04 Avril, Samedi 05 avril et dimanche 06 Avril 2014
pas de stand pour moi cette année.....
* Le Dorat (87) le Dimanche 27 Avril 2014

  
* Landouge (87) le Dimanche 22 Juin 2014 : salon des auteurs libres du limousin
* Limoges Corgnac (87) les Vendredi 21 et Samedi 22 Novembre 2014 : salon livres et toiles
                 
       
1272112533 31animation3
       

 

 

 

 

 

 

1c6379d4

Laurence & prix littéraires

 







                   

 

 

 



Je réserve ce module du blog pour vous présenter
mes quelques modestes résultats lors de concours
de nouvelles ou de prix littéraires
!

1) Au printemps 2008 ma nouvelle futuriste sur le site d'Online editions
sur" l'hiver 2050 "avait retenu l'attention du jury;
 c'était aux internautes de voter...
il y a eu triche donc pas de résultats

2) Mon
roman "une vie couleur vert pays"
a attiré l'attention des jury de la mutuelle intégrance
pour le prix
handilivre 2008
lien direct :
link
la remise des prix était pour le 18/12
 mais ils ont des soucis d'organisation, ce ne sera que début 2009 !
reporté défénitivement au
15 OCTOBRE 2009 A PARIS 19H !
MON ROMAN FINI DANS LES 5 PREMIERS...

 

Je participe au prix littéraire du roman de Villefranche sur Saône 2012   avec ce roman (pas sélectionné)

 

3) 2008 concours de nouvelles pour l'association "Toi et moi"

Ma nouvelle sur "la métamorphose" a attirée l'oeil des jury ! je termine 10e

je vais vous mettre en article ma nouvelle récompensée.

 

voici la photo de mon prix. (diplôme, médaille, livre et DVD de musique)

 

 

 

 

 

 

    
  4) 2009 j'ai de nouveau participé au concours de l'association "Toi et Moi"


Ma poésie sur le thème du " Miroir" a terminée 3em !

Mon dessin sur le Thème de "L'espoir" a terminé 2em

voici la photo des diplômes !

  


5) 2010 participation au concours de l'association "Toi et Moi"

thème : Toi et Moi

envoi de 3 textes et d'une nouvelle...

un de mes textes fini dans les 10 premiers

photo souvenir

001

 

6) Envoi de mon 2em roman "Un orage d'amour" pour le prix handilivres 2010...

 

non sélectionné...

 

 

7) Ce n'est pas un prix littéraire, quoique je sois encouragée par ce diplôme pour tout ce que j'ai fait ou écrit pour l'agriculture pendant plus de 30ans..

A savoir :

Ma vie d'agricultrice à temps plein, ma participation au groupe des Artsgricultrices pendant 10ans et la création de leur site internet, le film documentaire tourné en 2007 pour le CRDP et le ministère de l'agriculture "Laurence femme de paysan" et enfin pour mon premier roman, roamn du terroir "Une vie couleur vert pays" où l'agriculture contemporaine y trouve une place de reine....

Je suis fière d'être recompensée ainsi et que mon travail soit enfin reconnu...

 

001-copie-1

 

  8) Je participe au prix littéraire national handilivre 2012 avec mon dernier ouvrage "Ma sortie de l'enfer" ; j'attends de savoir si celui-ci est sélectionné.... malheureusement non

merci2.gif

9c1abba6



3) Ma nouvelle sur "la métamorphose" a attirée l'oeil des jury !

Randonnées, paysages...

  27zvk0z.gif

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

654pmu7b



  Ce blog me demande beaucoup de travail, les textes sont tous de ma composition je vous demanderai d'avoir la gentillesse de ne pas les utiliser sans mon autorisation, je vous remercie d'avance.
Les photos personnelles sont soumises aux mêmes règles et les gifs ont été pris sur des sites avec l'autorisation de leurs auteurs !
ange.gif








69gqa36qcom

                                                                                                                                      

        

   







Mes vidéos....









grenier4 bis




frloo07r

 

new6.gif

vous pouvez me retrouver sur Facebook !

 

  Et sur viadeo :

http://www.viadeo.com/fr/profile/laurence.pourieux

 

 

 

 
ar5bttjw.gif 
                                              
la terre

 

 

 

 

 

 

 

Samedi 12 mars 2011 6 12 /03 /Mars /2011 11:54

Bonjour,

  fpmm3fui.gif

Vous aimeriez vous procurer un de mes livres mais vous hésitez encore, ne connaissant pas mon style d'écriture

je dois reconnaitre qu'un seul extrait de chaque livre est peut être un peu juste pour vous faire une idée...

 

voici donc des extraits supplémentaires de quelques uns des ouvrages

 

 

****   Pour commencer voici une des nouvelles contenues dans le livre "Balades Littér'Elles" , livre dédié aux femmes, la majorité des nouvelles ayant pour héroïne une femme....

 

Changement d’humeur…

 

Sylvie est assise à la table du petit-déjeuner avec son mari, Michel, l’homme qu’habituellement elle aime, chérit, adore. Sauf qu’elle ne va pas l’aimer, le chérir et l’adorer durant les prochains jours. Elle va le détester, le mépriser et abhorrer l’air qu’il respire parce qu’elle a ses règles !

Elle essaye de toutes ses forces d’ignorer les bruits sonores et retentissants qu’il émet en plongeant sa cuiller dans un bol de céréales. Il en racle le fond avec une cuiller en métal. Sylvie sait tout à propos du déséquilibre hormonal. Mais tout le savoir du monde n’apaisera pas l’orage terrifiant qui menace son domicile habituellement heureux. Elle sait que ça passe et qu’elle ne peut rien contre ce qu’elle ressent.

Elisabeth, leur petite fille de sept ans, entre dans la cuisine d’un pas nonchalant. Elle s’est fait des mèches plus foncées dans ses couettes blondes avec les produits de «  sa tête à maquiller » reçue pour son noël. Elle s’est barbouillée de rouge à lèvres. Elle se met à table.

-         Bonjour ma fille ; lui dit Michel

Bonjour, il lui dit à elle sa fille. Pas à elle, Sylvie. Il l’a fait exprès. Il fera tout pour la déstabiliser…

-         Elisabeth, tu as encore fouillé dans ma trousse à maquillage ? dit Sylvie

d’un ton menaçant à sa fille.

Sa rogne n’est pas dirigée contre elle ni contre lui mais elle est impuissante, elle ne peut pas se taire. Rien qu’au visage de Michel, elle sait qu’il est conscient que ce sont les jours mauvais. Sylvie ne peut plus supporter sa vue. Elle hait cette façon qu’il a d’émettre des petits grognements. Il a l’air gros et vieux. Pourquoi l’a-t-elle épousé ? il est content de lui-même, heureux. Il n’a pas le droit d’être heureux quand elle se sent comme de la poisse…

Il y a tellement d’électricité dans l’air qu’ils pourraient alimenter toute une ville pendant six mois !

-         Elisabeth, regarde si tu as bien tes affaires de sport dans ton sac et enlève cette saleté de ta figure tout de suite. Aboie sa mère

-         Je te l’ordonne maintenant !

Elisabeth jette un regard terrifié vers sa mère et part en courant vérifier ses affaires de sport. Elle revient en serrant son sac dans ses bras. Michel l’embrasse et ils se font un câlin.

-         Elisabeth, qu’est-ce que tu veux pour le petit déjeuner ? lui demande sa mère d’un ton las.

-         Des céréales au chocolat dans mon bol à fleurs avec la cuiller verte ! répond la petite-fille.

Sylvie est énervée. Elle n’arrive pas à mettre la main sur le bol ou sur la cuiller. Elle maltraite avec fracas placards et tiroirs de cuisine. Elle jette brutalement sur la table un bol énorme. Le remplit de céréales qu’elle noie avec le lait. Elle y plonge une cuiller à soupe.

-         Tiens, mange ! dit-elle à sa fille.

Michel se lève. Il va partir pour son gentil travail, s’assiéra à son gentil bureau, parlera à de gentils adultes et passera une bonne journée. « Qu’est-ce qui m’attends-moi ? » songe Sylvie. «Une panière pleine de linge sale, laver les sols de la maison, dépoussiérer les meubles désherber au jardin…» « Le pire sera sans doute, sa conversation avec sa voisine par-dessus le mur du jardin. Celle dont la maison à l’air si parfaite. Toujours reluisante de propreté. » Cette femme exaspère Sylvie. Sa maison est un palais mais elle, ressemble à une chose qui vient de sortir d’une benne à ordures et ses gosses ! de vrais petits morveux !

La voix de Michel fait revenir sur terre sa femme. Il est debout à coté d’elle. Il prend le calendrier accroché au mur de la cuisine. Il entoure la semaine avec un feutre noir. Sylvie ne trouve pas que ce geste soit particulièrement amusant. Il n’a pas à traverser cet enfer tous les mois. Il ignore ce que c’est d’être une femme. Les règles, la grossesse, la douleur de l’accouchement et enfin la ménopause et sa démence avec laquelle les femmes vont à toute allure vers une mort certaine. Au moins il y a une lumière au bout du tunnel.

-         Tu as oublié n’est-ce pas ? chuchote Michel.

Il fait à nouveau un signe de la tête vers le calendrier. Pense-t-il vraiment que Sylvie soit assez saine d’esprit pour supporter une réflexion pareille ? tient-il au moins un peu à la vie ? ne se rend-il pas compte qu’ils sont dans la cuisine et que le couteau à découper est à portée de main ? 

Comment aurais-je pu oublier ? Sylvie rugit en arrachant le calendrier du mur. « Quel insensible il peut être ! » se dit-elle.  Elle sait qu’elle a ses règles. Elle sait qu’elle est dans la lune. Il veut qu’elle se colle une pancarte dans le dos ou quoi ? « en orbite serai de retour d’ici peu ! » Michel la fixe complètement déboussolé. Il fait semblant de ne pas comprendre. Sylvie lui lance un regard de folle. Celui qui autoriserait n’importe quel mari à l’enfermer dans un asile. Il fait un pas en arrière et sort de la maison. Elle ne peut lui en vouloir. Elle se sent comme possédée par le diable. Elle est en proie aux tourments et aux tortures d’une force inconnue qu’elle ne peut ni toucher ni sentir. C’est comme si quelqu’un contrôlait son corps, son esprit, son âme. Elle entend la porte se refermer doucement. Elisabeth est à coté d’elle tirant sur sa robe de chambre. Sylvie déteste quand elle fait ça.

-         Maman, je suis en retard et tu n’es pas habillée.

Sylvie monte les escaliers avec lassitude. Elle se sent submergée, embrouillée. Elle essaye de penser à la manière dont elle va gérer tout ce qu’elle a à faire. Elle se met à la recherche d’habits. Elle n’arrive pas à se décider. Elle enfile un vieux jean et un pull. Elle se sent grosse et répugnante. Elle descend les escaliers au pas de course. Elle pousse sa fille vers la voiture et démarre en trombe.

Dès que sa fille est déposée à l’école, elle rentre chez elle et s’effondre sur son lit. Elle a mal au dos. Elle s’apitoie sur son sort et commence à se sentir coupable. Elle aurait dû être gentille avec Elisabeth. Elle l’en a même pas embrassée pour lui dire au revoir. Michel non plus ne l’a pas embrassée.

Elle se lève et décide d’aller au supermarché. Elle fait le tour de la cuisine du regard et constate que la vaisselle sale et les aliments du petit-déjeuner sont toujours sur la table. Tout d’un coup sa maison entière est dans un désordre crasseux et Sylvie se sent inutile. Elle ne supporte pas sa maison. Les quatre murs sont en train de se resserrer sur elle. Elle doit sortir de là, maintenant !

 

Au supermarché, elle arrive à la caisse avec un chariot plein. Elle fredonne. Elle a l’air en manque. L’agent de sécurité est juste à coté d’elle. Il est en train de chuchoter dans son talkie-walkie. Elle imagine son appel à l’aide désespéré.

« Les gars, il y en a une en chair et en os ici. Une dérangée comme j’en ai jamais vu. Elle n’a pas la lumière dans tout le cerveau. Terminé »

Sylvie paye et se dépêche de sortir avant que les hommes en blanc ne viennent et ne lui mettent la camisole de force. Elle arrive chez elle exténuée. Elle est pitoyable, seule, déprimée. Vivement qu’elle redevienne humaine.

A seize heures, elle retourne chercher sa fille à l’école. Une fois  à la maison, elle essaye de l’aider à faire son travail. Elle la regarde se concentrer de toutes ses forces sur ses pages d’écritures. Elle regarde seulement. En fait, elle pense que sa fille grandit et prie pour trouver un moyen de lui éviter tout ça. Ce ne sera pas long avant qu’elle devienne une femme. Sylvie ne supporte pas cette idée. Elle dépose un baiser sur la tête de sa fille. Elle pense à Michel et jette un œil sur la pendule. Il sera vite là pour le dîner. Elle réussit à concocter un semblant de repas. Son mari arrive dans la cuisine, l’air fatigué. Il commence à manger. Le repas se passe calmement, sans heurts. Sylvie disparaît pour prendre sa douche. Elle entend Michel border Elisabeth. Ouf, elle n’est pas d’humeur à lui lire «Harry Potter». Quand elle arrive dans la chambre, elle entend son mari ronfler. Elle passe devant la chambre de sa fille qui est endormie sur le dos. Elle l’embrasse sur le front. Elle va se coucher et se laisse gagner par le sommeil.

A son réveil, les crampes atteignent le sommet de la douleur. Elle souffre physiquement mais la fin est proche, elle le sent. Elle se tourne pour embrasser Michel. Il n’est pas là. Elle jette un œil au réveil. Il est tard. Il a sûrement emmené Elisabeth à l’école. Il est chou, tout à coup ! elle l’aime à nouveau. Elle est redevenue normale. Il lui manque. Elle a envie de l’embrasser. Une fois de plus elle se sent coupable, coupable de cette mystérieuse maladie qui détruit son couple une fois par mois. « Je dois lui préparer un bon repas pour ce soir ».

Elle se lève et descend pour trouver la cuisine immaculée. Les amours. Ils savaient que je serais fatiguée et souffrante. Une tasse et une cuiller sont sorties. Elle verse son café et aperçoit une petite carte posée contre la boite de céréales.

 « Joyeux anniversaire de mariage Sylvie. Profite de ton café »

Joyeux anniversaire ? oh, cela lui était complètement sorti de l’esprit !

Tout lui revient. C’était les dix ans de leur mariage hier. Dire qu’elle a été affreuse avec Michel. Elle fond en larmes, se sent submergée de remords et de culpabilité. Elle est toujours à remuer son café et sent un truc collé dedans. Elle vide la tasse. Il y a quelque chose dedans. Une superbe bague en or !

Elle la passe à son doigt, la taille correspond parfaitement.

-         Oh Sylvie, honte à toi ! se dit-elle à voix haute.

Elle reconnaît la voix. C’est elle Sylvie. Elle est de retour dans son corps. Elle attrape le téléphone pour appeler Michel.

 

  025

 

 

**** Voici deux extraits tirés de mon premier roman "Une vie couleur vert pays", roman du terroir contemporain,inspiré de mon vécu de ces trente dernieres années agricoles...

 

Jean reçoit ce jour-là, un représentant pour changer son tracteur.

Ils sont installés à la cuisine depuis le début de l’après-midi. Françoise assiste à l’entretien mais ne dit mot. Elle jette un œil régulier sur la pendule. Plus le temps passe, plus l’heure de s’occuper des bêtes approche et le marché n’est toujours pas fini. Jean n’en finit pas. Ah ça, il sait négocier son homme, jamais elle ne pourra faire comme lui !

A l’heure dite, Françoise va retrouver son beau-père et lui dit :

 

– Il faut peut-être commencer de traire les vaches, Jean est toujours avec son représentant ?

– Je ne sais pas faire !

– Comment ça vous ne savez pas faire ?

– Non, avec la machine je ne sais pas faire et de toute manière les pots sont trop lourds pour moi !

 

Françoise garde son calme, elle a vu Jean mettre en route la machine plusieurs fois. Elle refait les mêmes gestes et la traite peut commencer. Mais que ces pots remplis de lait sont lourds à transporter vers la réserve de l’autre côté de la route.

Puis, elle monte à la grange et descend du foin frais. Hum, comme il sent bon ! Le souvenir de l’été lui revient en mémoire. Les vaches ont bien de la chance, elles sont nourries avec de la bonne marchandise.

Elle est fière d’elle, toute seule elle vient de réaliser le travail de son homme. De retour à la cuisine, elle constate qu’enfin le tracteur est acheté, et dit à Jean :

 

– J’ai fait le travail, tu peux aller vérifier, je crois n’avoir rien oublié !

Jean part à l’étable, suivi par sa femme. Il est heureux, tout est bien fait, il l’a félicite.

– Tu es maintenant une vraie paysanne ! Dès demain, tu peux rester avec moi et m’aider.

 

Les jours s’écoulent doucement. Françoise prend goût à sa nouvelle vie. Elle respire le bonheur.

Un matin, le vétérinaire arrive pour pratiquer la prophylaxie tuberculose et brucellose sur les bovins. Les bêtes n’aiment pas ce genre d’intervention, les piquer les rend nerveuses. Deux jours après, les résultats arrivent par courrier : la moitié du troupeau se révèle positif à la tuberculose, c’est la catastrophe. Jean est anéanti, il doit abattre ses bêtes !

Le vétérinaire lui conseille de tuer le troupeau en entier pour enrayer l’épidémie, mais également tous les autres animaux présents sur la ferme !

Nos deux jeunes tourtereaux ne nagent plus dans le bonheur mais dans la « mélasse ».

Que vont-ils devenir ?

Les jours qui suivent ressemblent plus à l’enfer qu’au paradis !

Les camions de l’abattoir viennent chercher les bovins. Jean peut assister à l’abattage mais pour Françoise c’est insoutenable, elle se réfugie chez une de ses belles-sœurs.

Ils sont obligés de tuer aussi leurs trois chiens, leurs poules, lapins et porcs.

Ils vont même consulter leur médecin pour voir si, par hasard, ils ne sont pas aussi porteurs du virus. A leur grand soulagement, celui-ci leur répond que non.

Quelle tristesse sur la ferme, plus une bête à soigner, le vide complet…

 

Jean reste des heures assis sur une botte de paille à regarder son étable vide, découragé. Sa femme est inquiète, elle ne peut pas laisser son homme dépérir ainsi.

Ils sont dans l’obligation de réagir, cela ne peut plus durer. Ils ne peuvent pas rester à se morfondre d’un passé qu’ils se doivent d’oublier.

Elle secoue son mari, l’encourage à prendre des initiatives, à repartir sur de bonnes bases.

 

– C’est un signe du destin, lui dit-elle, les bêtes de ton père étaient âgées, nous allons repartir avec du sang neuf. Tu verras, nous allons nous en sortir. Tu ne dois pas te laisser abattre au premier coup dur !

 

Jean retrouve son courage, pratique la désinfection complète de son étable et téléphone au groupement d’éleveurs. Notre jeune couple part prospecter dans le département du Doubs, berceau de la race laitière montbéliarde, avec l’aide du technicien, à la recherche d’un troupeau. Ils se décident pour les bêtes d’un couple d’agriculteurs qui émigre au Canada. Les vaches sont en état, bien soignées et bonnes productrices.

 

– Nous vous donnons notre chien Max, vous verrez c’est une brave bête.

 

Françoise et Jean rentrent en Auvergne plein d’espoir, plus unis que jamais.

Ils préparent l’étable pour accueillir leurs nouvelles bêtes dont l’arrivée est programmée quelques jours plus tard. Françoise est heureuse, elle retrouve son Jean connu actif et plein d’entrain.

Le grand jour arrive. Le camion du groupement est dans la cour de la ferme tôt le matin avec les bêtes qu’ils sont obligés de traire dès leur arrivée pour soulager leurs pis. Max saute du camion, heureux de retrouver la terre ferme. La vie est revenue sur l’exploitation.

Ces bêtes-là, ils vont les bichonner. Il ne s’agit pas d’attraper encore quelques virus.

Elles sont soignées comme dans un restaurant trois étoiles. Jean les brosse tous les matins ; il s’est même inscrit au contrôle laitier pour surveiller la production. Françoise l’aide avec plaisir et à chaque naissance, prend beaucoup de temps à choisir un doux nom au petit veau.

Elle a même fait des pancartes en carton, attachées au-dessus de chaque vache, avec leur nom, date de naissance et origines paternelles et maternelles. Elle a vu ce système dans l’étable d’origine des bêtes et cela lui a plu. Quel plaisir de traire à nouveau. Les bidons sont quasiment pleins à chaque vache. Leur malheur n’en est plus un. Ces vaches-là promettent un bel avenir à l’exploitation. Une production qui leur permettra d’envisager des investissements qu’ils n’auraient pas pu réaliser avant, le lait produit suffisait à peine à couvrir les frais de la ferme.

 

Nous sommes en décembre, l’hiver s’installe et les fêtes approchent.

Pour le jour de Noël, il est prévu qu’ils se rendent au repas familial organisé par la mère de Françoise, au chalet. Jean est embarrassé, laisser ses vaches seules, fraîchement arrivées, il peut arriver n’importe quoi dans l’étable. Françoise le rassure et prévient sa mère de venir avec le nécessaire pour préparer le repas chez eux, ainsi les bêtes resteront sous surveillance. La famille de Françoise arrive en fin de matinée à la ferme. Les femmes s’activent à la cuisine pour la confection du repas de fête, les frères de Françoise, quant à eux, curieux de tout, adolescents, vont aider Jean à finir de soigner les bêtes. Françoise discute tranquillement avec sa mère tout en mettant la table, et surprise, le compteur électrique disjoncte.

Elles n’utilisent pas d’appareils électriques puisque le repas mijote sur le fourneau à bois. Elle court à l’étable pour prévenir son homme ; lui non plus ne se sert pas d’engins électriques.

Un des jeunes frères monte par l’échelle au grenier à foin et se met à crier « au feu » !

Panique générale, si le foin brûle, tout y passe puisque la maison et les granges ne font qu’un seul bâtiment. Les minutes d’attente d’arrivée des pompiers durent des heures. Le feu a pris dans la petite porcherie située à l’arrière de la grange à foin. Une mère truie a mis bas récemment et pour tenir les petits au chaud, il est de coutume d’installer des lampes à infrarouges au plafond. Sans doute la truie a-t-elle gratté sa lampe avec son groin, celle-ci est tombée et a mis le feu à la litière de paille des petits !

Il a heureusement neigé un peu, ce qui ralentit la progression de l’incendie. Les pompiers ont pour priorité d’éloigner le feu de la grange afin de limiter les dégâts, celle-ci se situant au-dessus de l’étable où se trouve le troupeau de vaches laitières et se prolonge sur la partie habitation. Si le foin prend feu, c’est la catastrophe assurée.

Après quelques heures de combat, celui-ci est éteint au grand soulagement de tous. Seules les truies et leurs portées présentes en cette saison dans la porcherie ont péri dans l’incendie. Jean et Françoise s’estiment heureux, leurs belles vaches sont sauvées ainsi que leur bâtiment. Jean n’aurait sans doute pas supporté un deuxième incident dans sa vie de jeune agriculteur. Si ses vaches avaient péri, il aurait abandonné le métier !

Le repas de Noël a lieu dans l’après-midi avec des odeurs de brûlé et sans joie apparente, malgré les bons petits plats mijotés par les deux femmes. Ils reviennent de loin encore une fois. Décidément, le feu les poursuit…

 

Françoise prend de plus en plus goût au travail sur la ferme. Elle décide un beau matin de se créer un atelier bien à elle ; Jean ne s’en occupera pas. Avec l’aide du groupement, elle met en place un atelier d’engraissement de veaux de boucherie, une trentaine à chaque fois. Les animaux, installés dans des cases individuelles en bois, boivent la mixture préparée par Françoise à base de lait en poudre, dans des seaux. Quelques têtus ne veulent pas boire sans tétine mais Françoise garde patience et volonté. Elle a acheté des tétines flottantes et tout rentre dans l’ordre en quelques tétées. Les veaux sont engraissés sur une période de trois mois puis un vide sanitaire d’un mois est obligatoire, avant de rentrer un nouveau lot.

 

Le protocole d’engraissement a fixé « jeun » pour les veaux, le dimanche soir. Mais si par malheur quelqu’un rentre dans le local, ce sont des meuglements à n’en plus finir. Les veaux pensent à leur ventre et rien ne vient les alimenter. Plusieurs fois, Françoise doit faire la loi avec un des frères de Jean, agriculteur dans le bas du village. Régulièrement, il vient le dimanche soir faire du bruit, se servir d’un engin quelconque vers ses veaux, cela lui devient intolérable.

Elle souhaite qu’on respecte son travail, elle veut s’imposer dans ce milieu si hostile lors de son mariage. Au bout de quelques semaines, son beau-frère cesse ses visites ; il a compris qu’il dérangeait.

 

 

1214139942_ffajyyo0.gif

 

Pendant que son épouse trait les vaches, Jean nettoie la stabulation et l’aire extérieure avec un rabot attelé derrière le tracteur. Le fumier est ainsi déposé dans une fosse qu’ils ont créée lors de la rénovation.

Ce travail ne lui prend que quelques minutes. Il paille ensuite l’aire de couchage des bêtes et distribue la nourriture devant les cornadis, ensilage d’herbe ou de maïs suivant la saison et du foin. Lorsque la traite est terminée, les vaches sont toutes bloquées aux cornadis. Il peut alors leur distribuer le concentré alimentaire fabriqué à partir de farine de blé produit sur la ferme, passé au moulin à farine tous les deux jours, à laquelle il ajoute un peu de tourteau de soja et des minéraux. Chaque vache ayant une ration différente suivant sa production laitière, son état de santé, son état de gestation. Les bêtes taries ou prêtes à vêler se trouvent séparées du troupeau et reçoivent une ration différente. Les veaux ne tètent pas sous leurs mères mais ont un petit coin bien à eux. Ils reçoivent leur lait respectif, le colostrum, pendant les cinq premiers jours, au biberon. Leurs mères sont traites au bidon, à part du reste de la production, pour récupérer ce colostrum. Puis, les jours suivants, Françoise donne aux veaux une préparation lactée à boire au seau avec ou sans tétine flottante, suivant leur entêtement et leur capacité à boire sans téter.

Seules les femelles sont gardées pour assurer le  renouvellement du troupeau laitier. Elle leur trouve à chaque fois un joli nom avec la lettre définie chaque année de naissance par le contrôle laitier. Elle remplit les déclarations de naissance où elle doit dessiner les veaux avec leurs taches bien placées sur leur robe afin de les reconnaître par la suite. Jean leur met les boucles jaunes aux oreilles. Les mâles sont vendus au marchand qui passe régulièrement à la ferme chaque semaine, ce qui n’empêche pas Françoise de remplir les déclarations de naissance, les dessins et les boucles. Chaque animal sur la ferme se doit d’être déclaré.

Ils pourraient créer un atelier d’engraissement et garder leurs veaux mâles mais ils ont bien assez de travail pour le moment avec les trois enfants encore bien jeunes. Françoise ne désire pas passer tout son temps sur l’exploitation.

 

Les pluies de mai, abondantes au point de saturer la terre et de faire sortir les ruisseaux de leur lit, se sont obstinées encore longtemps. La terre, avec le printemps, fume doucement au travers d’une végétation dont il semble que rien ne peut plus arrêter le développement.

 

Une brume légère envahit la campagne même aux heures les plus chaudes de la journée. Jean, marchant à grands pas, chaussé de bottes en caoutchouc, son chien pour compagnon, mâchouillant un long brin d’herbe, scrute les prés en évaluant la quantité de balles de foin qu’il pouvait escompter. Après la longue somnolence de l’hiver et le lent réveil du printemps, l’été et ses gros travaux ne demandent qu’à se libérer. Jean a depuis plusieurs jours, avec l’aide de sa femme, sorti le matériel du hangar sous lequel, à l’abri de la pluie, il a passé de longues heures à réviser toutes les mécaniques. La faucheuse rotative, la toupie, l’andaineur n’attendent que le soleil de juin pour se lancer à l’assaut du foin qui sera bottelé par l’entreprise de travaux agricoles, le couple ne possédant pas de presse à balles rondes, trop onéreuse.

L’impatience de Jean est revenue se ruer à nouveau dans l’immensité de cette marée verte sur laquelle la douce brise d’ouest escorte les dernières pluies. Son métier lui colle à la peau. Chaque matin, il part à la découverte de sa ferme, il lui faut arpenter prés et champs où se nichent ses trésors culturaux.

Et puis, un matin, au changement de lune, la pluie cesse. Le soleil vient réchauffer la terre, alors Jean comprend que les grands travaux vont commencer sous l’azur du ciel.

Les labours et semis de printemps sont presque terminés. Jean regarde avec anxiété les terres closes et silencieuses. Sous la mince couche brune, les graines et la terre travaillent à cette magie de la germination jusqu’à l’éclosion. Période la plus difficile pour le paysan : la surveillance de ses cultures contre les attaques de divers insectes pouvant réduire à néant le travail de plusieurs jours, voire la récolte de l’année !

 

 

 

025

 

**** Pour terminer voici deux extraits de mon deuxième  roman "Un orage d'amour" , roman fictif et sentimental...

 

 

        Sophie a regardé Julien. Elle a regardé son amour de trente ans, son compagnon de route, de plaisir et de peine. Elle s’est dit « c’est fini ».

Elle avait prononcé les mots définitifs. Elle avait eu peur de lui faire mal, mais elle ne voulait pas perdre son nouvel amour. Il fallait qu’elle quitte Julien.

Il était debout contre la cheminée. Elle, assise dans son fauteuil roulant.

Tout se défaisait et pourtant ils avaient l’impression de vivre une histoire banale. Oui, c’était normal. Ce qui ne l’avait pas été, dans la norme, c’était d’avoir vécu si tranquilles ensembles durant trente années. Plus d’un tiers de vie !

C’était d’avoir cru que cette tranquillité se prolongerait dans le temps.

 

-         Tu devais bien te douter de quelque chose !

 

Ses yeux répondirent non. Il s’était détourné. Il avait l’air malheureux et, sous ses cheveux grisonnants, malgré les rides, quelque chose d’un enfant.

Sophie voulait lui parler, mais elle ne le pouvait pas. Elle regardait cet homme, au visage crispé, son mari, qui regardait ailleurs et elle pensa un instant à son mariage. Il est venu s’asseoir à côté d’elle.

 

-         Parle, Sophie. Dis-moi pourquoi après tant d’années…

 

Sophie posa sa tête sur son épaule et lui expliqua qu’elle l’aimait beaucoup. Qu’elle l’aimait tendrement. Qu’elle lui resterait toujours très attachée. Qu’il était toujours le père de ses enfants, l’homme qui l’avait accompagnée pendant des années, lui avait fait découvrir l’amour, la vie, mais maintenant elle regardait autour d’elle. Elle avait eu un coup de foudre. Elle aimait un autre homme. Un homme au cœur si tendre, au regard si doux qu’elle ne pouvait y résister. Elle ne lui reprochait rien mais leur amour était différent. Il était devenu routinier et elle ne se sentait plus femme. Le travail avait pris trop d’ampleur dans leur couple. Elle aspirait à plus de tendresse, d’évasion, de rires. Elle en avait assez de cette monotonie ambiante.

Henri l’avait séduite. Elle ne se sentait pas capable de faire machine arrière…

Julien avait mal. Il ne savait que répondre. Les seuls mots qu’il trouvait étaient « aime-moi encore ! », « aime-moi comme avant ! » comme lorsqu’autour d’eux, tout était jeune !

Mais c’était impossible. Il y avait entre eux trente ans de vie commune. Ils avaient cinquante ans. Leurs corps se connaissaient par cœur…

Julien s’est relevé. Il est allé à la fenêtre et les yeux scrutant le ciel, a dit :

 

-         Si tu es d’accord, nous nous séparerons à l’amiable. Les enfants sont majeurs. Il n’y aura pas de problèmes de garde. Leur as-tu parlé ?

 

Pendant trente ans, ils avaient été complices dans le bonheur ou le malheur. Il refusait de l’être dans les larmes, alors il accepta cette séparation !

Il ne s’était douté de rien. Tous les jours, elle était là, présente. Elle lui préparait de bons petits plats, ils parlaient du travail, des enfants, comme ils l’avaient toujours fait. Chaque nuit, elle s’endormait à côté de lui.

 

 

1214140037_o3w7y13e.gif

 

Sophie devint songeuse. Elle avait parfois l’impression, d’être jeune, dynamique, d’avoir toute la vie devant elle, et d’autres jours le sentiment d’urgence, comme s’il fallait qu’elle fasse tout, tout de suite, comme si la mort frappait à sa porte.

Ce jour-là, elle avait l’impression d’avoir quatre-vingt ans !

Elle s’habilla péniblement et passa du lit au fauteuil roulant avant de s’aventurer jusqu’à la cuisine.

« Julien n’est pas facile à vivre », songea-t-elle, « Pourtant si attentif et compréhensif mais exigeant aussi. Il est surmené, obsédé par sa ferme. Il veut que tout soit parfait et il s’épuise pour y parvenir. Elle aimerait tant l’aider comme avant… »

 

L’atmosphère était lourd, morne. Sophie sortit dans le jardin.

A travers les arbres, elle apercevait le scintillement de l’eau de la rivière, le ciel, d’un bleu immaculé inondait le paysage. Elle se sentit revivre. « Elle ne devait plus brasser des idées noires comme ce matin », songea-t-elle en colère. «  La vie est belle et mérite d’être vécue, même assise ! »

Elle choisit un livre dans la bibliothèque et s’installa au soleil sur la terrasse. Elle lut quelques pages avant de s’assoupir. Le soleil lui chauffait délicieusement le visage, puis des nuages couvrirent le soleil, l’air fraichissait.

Sophie rentra dans la maison et prépara le repas pour Julien. Elle avait envie de pleurer, de se laisser aller mais elle lutta. Elle ravala les déceptions, les chagrins, les désirs, elle étouffa ses souvenirs, ne plus songer à Henri, elle était là maintenant avec Julien, elle devait pousser leur vie jusqu’au sommet de l’énorme colline !

Julien arriva à midi. Il avait oublié de l’appeler, sans doute n’en avait-il pas eu le temps. Il s’en excusa en l’embrassant sur le front.

Il se mit à pleuvoir. L’eau ruisselait dans la gouttière et éclaboussait le toit. Elle tombait des arbres par rafales et tirait un rideau sur le paysage.

Sophie n’aimait pas ce temps. Elle était assise en face de Julien, elle l’écoutait raconter sa matinée mais ne cessait de penser au passé. Elle ne pouvait pas prolonger cette situation. Elle ne pouvait pas s’enfermer dans ses souvenirs pour toujours. Elle devait trouver quelque chose à faire, quelque chose d’agréable pour tout oublier.

Elle sourit à Julien et lui parla de son idée. Il devait l’aider à trouver une occupation s’il ne voulait pas voir sa femme dépérir de chagrin.

 

-         Je t’aiderai, je te le promets.

-         Il y a des choses que tu ne peux pas comprendre.

-         Veux-tu m’en parler ?

-         Je ne crois pas que je pourrais.

-         Il faut absolument que tu parles à quelqu’un pour te libérer l’esprit.

-         Tu ne sais pas pourquoi je suis partie…

 

Le silence régna soudain dans la pièce. Il n’y avait pas le moindre bruit dans la maison comme si toute vie était suspendue. Soudain l’angoisse s’abattit à nouveau sur Sophie comme un oiseau affolé !

 

-         Je t’aimais et je suis partie, gémit-elle.

-         Tu as cru faire le bon choix. Je ne m’occupais pas assez de toi, j’ai détruit notre amour moi-même et tu es allée en chercher un nouveau !

-         C’est ce que tu crois ?

-         Oui. Tu es forte, tu surmonteras tes angoisses, tu l’oublieras. Je ferai tout pour cela. Arrêtes de te laisser ronger par la culpabilité. Tu lui as donné beaucoup. Tu as été heureuse avec lui mais si tu as retrouvé ta lucidité et tu m’es revenue, c’est le principal.

-         Tu crois ?

-         Je le sais. Tu voudrais que tout soit parfait dans notre vie et ce n’est pas possible, nous ne sommes pas des saints mais de simples humains. La faute est humaine !

 

Sophie sourit.

 

-         Tu vois clair, je t’en remercie. Nous allons repartir sur de bonnes bases sans rancœurs, dans la joie et la douceur.

 

Julien enlaça sa femme, l’embrassa longuement avant de disparaitre, le travail l’attendait.

Une douce chaleur se répandit dans la poitrine de Sophie, une force tranquille. C’était le retour à la vie, à l’espoir. Elle s’était vue sombrer dans la dépression, elle se voyait guérie.

 

La clef de Julien tourna dans la serrure et il entra. Il trouva sa femme à la cuisine. Elle avait dressé la table et cuisiné une quiche comme il aimait tant. L’odeur l’avait guidé dans toute la maison. Il était heureux, sa femme revenue, la vie redevenait pétillante.

Il la prit dans ses bras, ses bras si sûrs. Elle posa sa tête sur son épaule. Elle se sentait rassurée.

 

090128054256891297.jpg

Voila, j'espère vous avoir donné envie de lire ces 3 livres et je mettrais dès que possible en ligne des extraits de mes deux autres romans et livres jeunesse...

Je vous dis à très bientôt

 

RAPPEL :  Pour les limousins n'oubliez pas le salon de demain dimanche 13 Mars à St Martin de Jussac où vous pourrez également rencontrer Pierre Bellemare invité d'honneur, et 48 auteurs régionaux...

Je vous souhaite un bon weekend  laurence plume

Laurence

Par laurence
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Vendredi 11 mars 2011 5 11 /03 /Mars /2011 17:31

Bonjour

 

Voici des articles parus dans le journal "Le populaire du centre" à propos :

* du concert de Michel Sardou à Limoges du 03 Mars dernier 

* de la journée de la femme avec l'association Clafoutis,

* et du prochain salon du livre de Dimanche à Saint Martin de Jussac qui accueillera Mr Pierre Bellemare !

11-03-2011 14;22;20      11-03-2011 14;24;45

 

 11-03-2011 14;19;09

 

11-03-2011 14;20;55

Par laurence
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Jeudi 10 mars 2011 4 10 /03 /Mars /2011 18:04

Bonjour,

  c5qxztj0.gif

 

Qui n'a jamais ressenti le besoin de se poser un jour devant une page blanche pour laisser glisser les mots, exprimer ce qu'il est, ce qu'il ressent, ce qu'il cache, au plus profond de lui-même ?

Mais écrire n'est pas si simple. On a peur de ne pas trouver les mots justes, de ne pas être compris, d'être ridicule.

A travers ses écrits chacun s'exprime, se structure, se dévoile...

Ecrire permet de renforcer la confiance en soi.

 

J'essaye par mes livres, mes textes, poésies d'exprimer ce que je ressens, ce que mon être entier a besoin de vider pour vivre heureux!

je souhaite que ceux-ci vous plaisent et voici mes pensées du jour...sur l'écriture et les mots !

 

 

Ma plume

 

Ma plume est en panne,
Elle ne peut plus composer.
Sa danse tsigane,
Semble être geler.

Ma plume est hors service,
Son imagination est un brin perturbée.
Péniblement elle glisse,
Sur le blanc papier.

Ma plume est en grève,
Sous sa timide carapace.

Elle n’attend que le glaive,
Pour briser la glace.

   

 

1214140037_o3w7y13e.gif

 

L’espoir de nouveaux mots

 

 

Faire glisser l’encre sur mon cahier,
Devient vraiment une nécessité.
J’aurais besoin de me vider,
Mais je préfère me censurer.


Je ne veux plus écrire ces mots
Sombres et obscures, sans idéaux.
Je veux de la couleur, un sens nouveau
J’aimerais lire des termes chauds.


Composer un poème banal,
Une belle prose originale
Pleine de sourires et de pétales,
De douces couleurs et de cristal…

   1214140037_o3w7y13e.gif

 

Mon écriture

 

J’écris ce que j’endure.
Les émotions tant incomprises,
Les sensations et les blessures.
Tout le tourment qui me rend grise

Je crayonne mes écorchures,
Les maux qui me hantent chaque jour.
Les perceptions et les coupures,
La comédie des alentours.
 

Je rédige comme je sature
Des combats au fond de mon être.
Les affections et les brisures,
Mon envie de ne plus transparaître.

 

  1214140037_o3w7y13e.gif

 

Il y a des jours

  

Il y a des jours, où je veux écrire.
Peines ou bien amours, mal de ressentir.
 

Mais les interdits ne me permettent pas
De laisser ainsi les maux de parfois.
 

Ecrits censurés resteront sur feuille
Pour l’éternité que les âmes veuillent !

 

1214140037_o3w7y13e.gif

 

La plume des mots

 

La plume invisible
Laisse couler l’émoi.
Tourments trop sensibles,
Restent au fond de moi.

Ma plume glisse sur le papier,
Laissant des mots s’échapper.
Des mots d’amour ou d’espoir,
Quand je suis seule dans le noir.

Sur l’écran de mes pensées,
Je me vois parfois rêver.
Et ma main décrit mon âme,
A la lueur d’une flamme.

Je suis comme hypnotisée,
Par la bougie parfumée.
Ma plume vole sur le papier,
Laissant mon âme s’échapper…

  

noeud2

 

Il m’écrit …

  

Il m’écrit parfois des mots
Qui me rendent toute perturbée.
Pourtant ce ne sont que des mots
Tapotés sur un clavier…

Signifient-ils quelque chose ?
J’avoue que je ne sais pas.
Ce ne sont que des petites choses
Qui me perturbent comme ça…

Se moque-t-il de moi ?
Est-il honnête, malhonnête ?
Tant de questions que voilà,
Qui tourbillonnent dans ma tête…

Et je relis tous ses mots
Et mon âme est réchauffée.

Pourtant ce ne sont que des mots
Tapotés sur un clavier…

  

noeud2

Je lui dirais

 

Je lui dirais des mots vrais,
Des mots qu’on dit avec le cœur.
Je lui dirais tous mes secrets,
Tout ce que j’attends à cette heure.

 Je me mettrais à nu pour lui,
Je lui dirais toutes mes envies,

Mes ressentis.
Toutes mes envies.
 

Si seulement je pouvais faire
Des choses folles juste un instant
J’aimerais tant ne plus vivre dans le mystère,
Ne plus cacher mes sentiments.

Je lui dirais tout ce qu’il faut,
Tous mes rêves et tous mes mots.
Mes ressentis.
Toutes mes envies…
  

 

 

bonsoir 03-54df6e

A bientôt

 

Laurence

Par laurence
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Jeudi 10 mars 2011 4 10 /03 /Mars /2011 17:36

Je suis donc allée à la rencontre organisée à limoges pour la journée de la femme ce 8 Mars 2011 ! 

  031    032

Journée - débat : Femmes et Violences

A l’occasion de la journée internationale des Droits de la Femme

Les associations :

« Ni Putes Ni Soumises », « Clafoutis »

ainsi que la « Compagnie ParOles »

organisent avec différents partenaires Le mardi 8 mars 2011

 

Encore une bien belle journée de partage avec toutes mes amies de l'association Clafoutis , celle-ci a débutée par un petit déjeuner en commun dès 9H, suivie par "les bouteilles à la mer des femmes"

nous devions écrire sur 2 papiers de couleurs différentes, ce que nous ne voulions plus et ce que nous désirions voir se réaliser pour les femmes et leur reconnaissance dans le monde

ces papiers ont ensuite été glissés dans 2 bouteilles différentes

la bouteille du rejet partait dans une belle poubelle et la seconde gardée dans un panier

ces bouteilles circuleront pendant 1an dans les mains des associations limougeaudes, seront complétées par différents souhaits de femmes et ouvertes le 8 Mars 2012 pour la nouvelle journée des femmes... nos revendications et nos souhaits sont donc à suivre !

 

puis nous avons partagé le repas de midi au local de l'association Clafoutis et prolongé la journée par lareprésentation de la pièce de théatre "Chut, il dort" par la compagnie Paroles de Limoges.

 

Un "essai" théatral pour saisir aujourd'hui comment se fabrique le petit d'homme.

Des êtres se sont perdus. Les liens se sont rompus sans qu'ils sachent trop comment, ni pourquoi.La pièce tente ainsi de dénouer les liens infiniement complexes qu'entretiennent une mère et son enfant et leurs rapports au monde extérieur, à la contrainte sociale.

Une mère, un enfant, et la vie qui va.

Le temps d'un voyage immobile et merveilleux, lesyeux dans les yeux. Un rêve de mère.

Mais voila il y a le monde autour...

 

 

amitie11

 

La pièce était suivie d'un débat et d'un pot mais j'ai du partir avant....

 

15 136

  Le guide du respect (Ni putes ni soumises)

4eme de couverture par Fadela Amara

Pour le respect : 

Le respect... Comment le faire vivre? C'est avec l'autre que nait le respect, c'est dans la relation mutuelle que se construisent la liberté, l'égalité, la mixité. Ce guide permet de créer cet espace vital à l'intérieur duquel le respect s'exerce, s'affirme, titube, vacille mais dans tous les cas progresse....

 

 

Enfoui en chacun de nous, le respect est nécessaire à la vie.

 

 

 

Par laurence
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Jeudi 10 mars 2011 4 10 /03 /Mars /2011 15:24

Bonjour,

  bienvenue2

 

Me voila de retour du salon des "Dames du marais" de St Hilaire la Palud  et du premier salon du livre féminin de La Rochelle.

 

 

 µµ  St Hilaire la Palud, au coeur du marais poitevin, recevait ce dimanche 6 Mars les dames du marais, auteures femmes de la région poitou charente et alentours.

46 femmes aux talents multiples, venues présenter leurs livres pour le plaisir des petits et des grands.

A 2 jours de la journée de la femme, cette rencontre a permis à tous de découvrir de la qualité, de la diversité, des compétences féminines trop souvent ignorées.

                                                              Les Dames du Marais 2011

08-03-2011 17;31;58

Parmi les écrivains présents :

* Pamela Hall auteure jeunesse et son éditrice Françoise Winter venues présenter deux petits livres bilingues français/anglais pour apprendre l'anglais dès le plus jeune âge !

 

* Sylviane Pénard, astrologue de Limoges, auteure de 2 ouvrages "Destin étrange" et "Ce que m'ont dit mes ancêtres", histoires vécues, le rationnel dans l'irrationnel. (lien ami sur ce blog)

017

 

* Michèle Mialot de Touraine,qui écrit des romans, des poésies mais aussi des livres jeunesse ...(éditions DelaMorelle)

 

011

 

* Marie Bessaguet, Monique Cluzeau, Nicole Jeanneton-Marino, AnnickValin... 

 

je ne peux citer toutes mes amies auteures présentes à ce salon...

 

Un accueil chaleureux, une ambiance sympathique, des bénévoles formidables, un soleil printanier,les visiteurs au rdv, ont contribué à la réussite de cette belle manifestation.

MERCI A TOUS

 

l'organisatrice de cette belle rencontre                    Le buffet dinatoire du samedi soir...

  003-copie-1                002

 

 mon propre stand...                                                                             visiteurs

007    024

 

 

 

µµ    La Rochelle, l'association "FEMMES PROFESSIONNELLES SOLIDAIRES"

 organisait le 1er salon féminin ce mercredi 9 Mars                                   

Journée Internationale des Femmes : « Des Elles à La Rochelle »

 

L’Association « Femmes Professionnelles Solidaires » a été créée en 2004 par un groupe de femmes soucieuses de promouvoir les intérêts des femmes en développant la solidarité . Nos déléguées auprès de la Coordination femmes 17 et de la CLEF (Coordination du Lobby Européen des Femmes), nous assurent des contacts internationaux avec des femmes de tous horizons. 

Cette année, à l’occasion de la Journée Internationale des Femmes, « Des Elles à La Rochelle» , et avec le soutien de la Mairie de La Rochelle, la Commission Livres de l'association a organisé le 1er Salon du Livre Féminin, dans la salle municipale de l’Oratoire.

 

Nicole Avril, une écrivaine amoureuse de La Rochelle aux multiples ouvrages bien connus du public, a fait l’honneur d’être la marraine du Salon. Elle était entourée de cinquante auteures dont les romancières de la région : Annie Dramard, qui a livré les « Secrets libertins de La Rochelle »,  Suzanne Forisceti avec « Hélène de Surgères » et Pernelle Sévy pour « La couleur du blé », entre autres. Etaient également présentes des auteures de témoignages comme Françoise Saleix-Domballe,  qui confie ses très mauvais souvenirs de Xynthia dans « Avis de tempête », et Nicole Jeanneton-Marino pour son livre « Ma mère, mon Enfant », sur le vieillissement d’un proche en institution. Plusieurs auteures ont eu la gentillessee de se déplacer de Paris dont  l’anthropologue  Claudine Brelet, ainsi que Nelly Delay et Dominique Rivolier-Ruspoli, des spécialistes des beautés du Japon et, last not least, la célèbre chroniqueuse de la radio Menie Grégoire, accompagnée de sa « Marquise aux pieds nus ». 

La littérature « Jeunesse » était aussi de la fête grâce à Marion Givelet-Bodoy et Hélène Kerillis ainsi que l’Association « Lire et Faire Lire ».   

Deux artistes ont fait aussi l’amitié de donner un éclat particulier à cette manifestation avec leurs œuvres dédiées aux femmes : Angel Me, peintre rochelaise et Kaoline, sculpteure de l’Ile de Ré.

 

la salle de l'Oratoire                                                                              mon stand

  001-copie-1    004

 

l'inauguration officielle du salon                                    Ménie Gregoire toujours très alerte malgré ses 92 ans !

006-copie-1    007-copie-1

 

 

INFO  :  Dans le prolongement de ce salon littéraire féminin, l'association propose le 11 mars à 18h00, à la Médiathèque Michel Crépeau, le film documentaire « Georges Sand : histoire de sa vie », qui sera suivi d’un débat.  Pour toute information complémentaire, s’adresser à Janine Jolly, présidente de l’Association, courriel : janine.blesboisjoli@orange.fr , tél. 0962092155.

 

 ylivre12

 

 

 

Nous avons passé deux très agréables journées et le prochain salon de Saint Martin de Jussac (87) ce Dimanche 13 Mars de 10H à 19H, ne devrait pas déroger à sa formidable organisation, sa fréquentation habituelle....et je m'y rends avec plaisir chaque année !

 

 
             
               
               
 

 Ce    Dimanche 13 Mars Journée du livre organisée par les amis de la   bibliothèque et la municipalité

 

 

         
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               

Samedi 12 mars : soirée CINE au Ciné Bourse  

     
   

 Passeport : film Destinée sentimentale + buffet

 

Téléphonez au 05 55 02 31 42 ou au 06 11 20 55 21 pour réservation et mode de paiement.

             
               

Jean

 ALAMBRE

Patrick

 DUCROS

René

 LIMOUZIN

Jean Pierre

 POISOT

Julien

 BELLEARBRE

André

 DUPRAT

Frank

 LINOL

Laurence

 POURRIEUX

Albert

 BLANCHARD

Jean Claude

 FAURE

Jean

 LOEHR

Roger

 POUX

Jean Pierre

 BONNET

Jacques

 FOURNIER

Pierre

 LOUTY

Pierre

 RETIER

Gérard

 BRUTUS

Alain

 FRADET

Christian

 MALE

Michelle

 RICHARD

Claude

 CARREAUX

Marie

 GASTON

 

 MAMITA

Maurice

 ROBERT

Henri

 CHEMIN

Serge

 GEOFFRE

Noël

 MARTINE

Jean Paul

 ROMAIN RINGUIER

Jacques

 CHEYMOL

Christian

 HARDY

Roger

 MARTINI

Régine

 ROSSI LAGORCE

Monique

 CLUZEAU

Marie France

 HOUDART

Raymond

 MAZOYER

Christophe

 TASTET

Michel

 COURCELAUD

Martine

 JANICOT

Simone

 MUNSCH

Jacques

 THEILLAUD

Patrice

 COURTOIS

Claude

 LAFAYE

Nadine

 PARDOUX

Albert

 VALADE

Annie

 DAVID

Christian

 LAINE

Sylviane

 PENARD

Louis Olivier

 VITTE

               

 

 
       

    Mini salon de laBD avec la Bulle Gantière

               

Daniel CROZES         Pierre BELLEMARE      Yves LAVALADE

 16H remise du prix littéraire régionnal "Panazô"              

 

 
18H vin d'honneur
             
           
               

 

 
             
               
               
               
               
               

 

 

Par laurence
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Vendredi 4 mars 2011 5 04 /03 /Mars /2011 12:05

Bonjour,

  2xyg7iw1.gif

Après-midi et soirée très agréables hier

je suis restée avec ma belle-fille et ma petite puce à la maternité où j'ai pu découvrir une véritable petite crevette....

voici quelques photos...

 

  001 012

  avec maman                                                                                 avec mamie

  006    003

 

 

Puis à 20H concert de Michel Sardou au Zénith de Limoges

superbe, phénoménal, pas de mots assez puissants pour exprimer l'ambiance de la soirée

il nous a offert 2h de chansons récentes ou plus anciennes !

quelques photos souvenirs...

sardou    sardou2

 

sardou 3   sardou4

 

sardou6    sardou7

 

les titres des chansons entendues (en désordre...):

* Je vais t'aimer

* Putain de temps

* Mam'selle Louisiane

* Le mauvais homme

* Nuit de satin

* L'accident

* La java de broadway

* Valentine Day

* Les yeux d'un animal

* La dernière danse

* Les yeux de mon père

* Et puis aprés

* L'humaine indifference

* Le cinéma d'Audiard

* Voler (en duo avec une choriste suerbe voix !)

* Le blues black brothers

* Les lacs du Connemara

* Musulmannes

* Etre une femme 2010

* Salut

* Chanteur de jazz

* Rebelle

* Au nom de mon père

* Espérer

* Chacun sa vérité

* Rouge

* Je viens du sud

 

moi je dis MERCI  

  7rctdpwp.gif

 

bref un 03/03/2011 dont je me souviendrais...

 

  

Me voila aujourd'hui à préparer mon départ demain matin aux aurores pour le salon du livre des "Dames du marais" à Saint Hilaire la Palud...

le we s'annonce ensoleillé, tout devrait bien se passer... 

 

  22-02-2011 09;58;50

   

________________________________________________________________

RENCONTRES LITTERAIRES ET ARTISTIQUES

« LES  DAMES DU  MARAIS »

4ème EDITION

Dimanche  6  mars  2011              

 

La première édition  « Les Dames du Marais », rencontres littéraires et artistiques, organisée Saint Hilaire la Palud, au cœur du Marais Poitevin, au mois de mars 2004 par la Société des auteurs du Poitou-Charentes et qui n’a accueilli, comme son nom l’indique que des auteures femmes autour de la romancière Madeleine CHAPSAL, a été un véritable succès attirant près de 1 500 visiteurs en une seule journée, des personnes originaires du marais Poitevin, de la zone rurale environnante mais aussi de l’agglomération niortaise, du nord de la Charente-Maritime, du Sud Vendée, de la Vienne  … 

L’édition 2006 a eu lieu le dimanche 8 octobre avec une fréquentation en hausse.  

Depuis 2009, cette manifestation est organisée uniquement par la municipalité de Saint Hilaire la Palud.

Elle a reçu la visite d’environ  2 000 visiteurs.

 

*  Atouts de cette manifestation :

 

Elle est le résultat de la mobilisation de l’ensemble des acteurs locaux et régionaux :

 

Municipalité de Saint Hilaire la Palud, Maires des communes voisines (communauté d’agglomération niortaise – 29 communes),Le pays du marais Poitevin,Le parc interrégional du marais poitevin,

Le Conseil régional,Le conseil général,Les associations culturelles,La bibliothèque de Saint Hilaire la Palud et des environs, Les librairies de Saint Hilaire la Palud, Les écoles,  collèges, lycées,Les foyers logements, maisons de retraite.

 

* Elle accueille de nombreuses écrivaines :

 

Des auteures connues sur le plan national, de la région Poitou-Charentes notons la présence de Suzanne Bontems,  Isabelle Soulard, Michèle Mialot, Ketty Millet, Maryvonne Barillot, Eveline Thomer, Françoise Chauffier, Bodin Cindy Vinciane, Françoise Winter, Paméla Hall, Roselyne Morandi, Monique Cluzeau, Maguy Gallet-Villechange, Hélène Kérillis, Monika Gollet, Solveig Le Coze, Geneviève Proust-Bouffard, Jeanne-Michèle Audger, Marie-Claude Cunin, Magy Gallet-Villechange…  des auteures de poésie, romans, histoire, littérature jeunesse et bien d’autres.

                                              

A chaque édition, Les Dames du Marais invitent un auteur masculin, pour 2010 ce seront 3 écrivains masculins qui entreront dans le cercle des Dames du Marais.

  

* Elle présentera plusieurs espaces :

 

Un atelier braille, animé par une auteure mal voyante,

Un coin lecture pour les enfants, organisé par les bénévoles de la bibliothèque de Saint Hilaire la Palud,

Un atelier de reliure d’art,

Un atelier créatif de calligraphie,

Un espace généalogique : « de la recherche de vos ancêtres à l’écriture de vote histoire familiale » avec la présence du Cercle Généalogique des Deux Sèvres,

Un espace cafeteria propice aux échanges.

 

Ce Salon « LES DAMES du MARAIS » est une manifestation ancrée dans le temps et contribue à accomplir une mission d’action culturelle locale en milieu rural. 

Ce salon culturel nous fait voyager aux quatre coins du monde, chaque rencontre est l’occasion de découvrir les nombreuses facettes de l’expression littéraire, nourriture indispensable à chacun d’entre nous et qu’il nous appartient, en tant qu’élus, de faire partager à un plus grand nombre de personnes. 

Une large place est dédiée aux enfants grâce aux bénévoles de la Bibliothèque de Saint Hilaire la Palud. Les écrits d’aujourd’hui seront le contenu des bibliothèques de demain. 

Les rencontres littéraires  contribuent à la diffusion de l’écrit et de l’édition en permettant aux habitants du sud des Deux Sèvres et du Nord de la Charente Maritime d’entrer dans l’univers des livres, de la lecture par  le biais de rencontres variées et multiples avec les auteures sur le lieu du salon, mais aussi dans les foyers, les bibliothèques et les écoles. 

L’entrée du Salon est libre afin de permettre au plus grand nombre d’habitants d’une vaste zone rurale, celle du Marais Poitevin, de pouvoir échanger avec les auteures qui viennent jusqu’à eux.

 

I n v i t a t i o n  

La commune de Saint Hilaire la Palud

L’association Saint Hilaire en Rassemblements 

ont le plaisir de vous inviter

à la 4ème Edition « Les  Dames  du  Marais »

Rencontres Littéraires et Artistiques

Ecriture, savoir et communication

 

Dimanche  6  mars  2011

A la Salle des Fêtes – Route de Niort  

 

Visite inaugurale, rencontre avec les auteurs locaux et régionaux, présentation d’ouvrages et dédicaces par les auteurs, reliure, calligraphie, métiers d’art, recherches en généalogie – une journée animée de rendez-vous,  avec espace enfants

et un atelier braille présenté par Jeanne-Michèle AUDJER

 

12 h 00 - vin d’honneur, avec les auteurs,  exposants,  visiteurs et élus

 

13 h 00 - déjeuner sur réservation uniquement

(05 49 35 30 13)

 

Les paroles s’envolent, les écrits restent

  lfif5gblpu.gif

 

puis après mon retour, en principe Lundi ap midi, je serais à" la journée de la femme" à Limoges organisée par diverses associations ...

   

 

De 9h00 à 11h00 :

Petit déjeuner autour de l’écriture avec l’Association Clafoutis :

A 14h 30

Représentation théâtrale  de "Chut, il dort!"

Pièce écrite et produite

par la compagnie ParOles

Une réflexion autour des violences intra-familiales :

Place et rôle de la mère, enfances en souffrance, addictions

 

Suite à la représentation une table ronde sera animée par :

   Le Centre Départemental de l’Enfance et de la Famille

   L’Association « Ni Putes Ni Soumises »

   L’Association AVIMED ;

   L’Association Mots pour Maux ;

   L’Association AIDES ;

   Le poste de Référent violence de la Haute Vienne ;

   Le Centre d’Information sur les Droits des Femmes et des Familles ;

   Le Secours Populaire ;

   Les Comédiens de la Compagnie « ParOles » ;

   Elue mairie

 

Vers 18 h00

L’Association

« Ni Putes Ni Soumises »

vous invite à rester pour un apéritif afin de clôturer cette journée dans un esprit de convivialité 

Pour tous renseignements et réservations :

Vous pouvez nous contacter à la :

Maison des Associations

« Ni Putes Ni Soumises »

7ème étage

4 allée Fabre d’Eglantine

87280 Limoges (Beaubreuil)

Téléphone : 05.55.35.15.65

Journée - débat :

Femmes et Violences

 

 

A l’occasion de la journée internationale des

Droits de la femme

Les associations :

« Ni Putes Ni Soumises »,

« Clafoutis »

ainsi que la

« Compagnie ParOles »

organisent avec différents partenaires :

Le mardi 8 mars 2011 à l’auditorium du Centre Culturel Jean Moulin : 

 

Le centre Culturel Jean Moulin :

76 rue Sagnes, 87000 Limoges

De LIMOGES prendre l’autoroute A20,

sortie 29

Tourner a droite, place de Beaubreuil,

Au rond point, 3ème sortie : rue des Sagnes

 023272095

 

avant de filer Mercredi au "salon du livre féminin" de La Rochelle...

 

affiche Salon A4

 

 

FEMMES PROFESSIONNELLES SOLIDAIRES 

 

1ER SALON DU LIVRE FEMININ A LA ROCHELLE                                       

Salle de l’Oratoire, 9 mars 2011, 12h-19h

 

COMMUNIQUE  DE  PRESSE

                                  

Journée Internationale des Femmes : « Des Elles à La Rochelle »

 

L’Association « Femmes Professionnelles Solidaires » a été créée en 2004 par un groupe de femmes soucieuses de promouvoir les intérêts des femmes en développant la solidarité . Nos déléguées auprès de la Coordination femmes 17 et de la CLEF (Coordination du Lobby Européen des Femmes), nous assurent des contacts internationaux avec des femmes de tous horizons.

 

Cette année, à l’occasion de la Journée Internationale des Femmes, « Des Elles à La Rochelle» , et avec le soutien de la Mairie de La Rochelle, la Commission Livres de notre association organise le 1er Salon du Livre Féminin, dans la salle municipale de l’Oratoire.

 

Nicole Avril, une écrivaine amoureuse de La Rochelle aux multiples ouvrages bien connus du public, nous fait l’honneur d’être la marraine du Salon. Elle sera entourée de cinquante auteures dont les romancières de notre région : Annie Dramard, qui livrera les « Secrets libertins de La Rochelle »,  Suzanne Forisceti avec « Hélène de Surgères » et Pernelle Sévy pour « La couleur du blé », entre autres. Seront également présentes des auteures de témoignages comme Françoise Saleix-Domballe,  qui confie ses très mauvais souvenirs de Xynthia dans « Avis de tempête », et Nicole Jeanneton-Marino pour son livre « Ma mère, mon Enfant », sur le vieillissement d’un proche en institution. Plusieurs auteures ont la gentillessee de se déplacer de Paris dont  l’anthropologue  Claudine Brelet, ainsi que Nelly Delay et Dominique Rivolier-Ruspoli, des spécialistes des beautés du Japon et, last not least, la célèbre chroniqueuse de la radio Menie Grégoire, accompagnée de sa « Marquise aux pieds nus ».

 

La littérature « Jeunesse » sera aussi de la fête grâce à Marion Givelet-Bodoy et Hélène Kerillis ainsi que l’Association « Lire et Faire Lire ». 

 

Deux artistes nous font aussi l’amitié de donner un éclat particulier à cette manifestation avec leurs œuvres dédiées aux femmes : Angel Me, peintre rochelaise et Kaoline, sculpteure de l’Ile de Ré.

 

Dans le prolongement de ce salon littéraire féminin, notre association propose le 11 mars à 18h00, à la Médiathèque Michel Crépeau, le film documentaire « Georges Sand : histoire de sa vie », qui sera suivi d’un débat.

 

Pour toute information complémentaire, s’adresser à Janine Jolly, présidente de l’Association, courriel : janine.blesboisjoli@orange.fr , tél. 0962092155.

 

 

lfif5gblpu.gif

 

 

quelques jours donc de forte agitation, mais tellement agréable et nécessaire pour se faire connaitre !

 

N'hésitez pas à venir me rencontrer lors d'un de ces salons, je vous y accueillerais avec plaisir !

 

7nzko0j5.gif

Vous comprendrez que le blog restera en pause quelques jours avant de venir vous narrer toutes mes nouvelles "aventures"...

 516739petitepause

je vous souhaite un bon WE ensoleillé, un bon carnaval où que vous soyez (Limoges, Dunkerque, Nice, etc...)

une belle fête des grands-mères

une bonne rentrée à ceux qui reviennent de vacances

et je vous dis à très bientôt

votre amie Laurence                 939446bweek

 

 

petite information supplémentaire :

 

je participe au concours 25eme anniversaire du catalogue "Bon prix"

pour cela il fallait mettre sa photo en ligne pour devenir le nouveau visage du catalogue ! et recueillir un max de votes...

voici le lien,si vous voulez vous pouvez voter avant le 23 Mars

merci d'avance !

Votre photo pour le concours "VIP yourself" vient d'être validée. Tout le monde peut maintenant voter pour vous et vous faire gagner !  
 
  Invitez vite vos amis et contacts à vous élire "visage bonprix 2011" - la victoire est à portée de clic !  
 
  Il vous suffit pour cela de leur envoyer le lien suivant vers votre photo :  
 
  http://france.vip-yourself.com/index.php?inhalt=landing_abstimmen&id=6e0ad5cc01a59b87de3adca9bb4ce236  
 
   .  
 
  Bonne chance !
L'équipe bonprix
Par laurence
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Jeudi 3 mars 2011 4 03 /03 /Mars /2011 11:42

Je suis heureuse de vous annoncer la naissance de ma petite-fille  en ce 03 MARS 2011 à 3H56 ! 01

  

Elle est belle comme Blanche Neige,  
futée comme Clochette
et douce comme Cendrillon.
Une nouvelle princesse est née :
Fanny   
 fanny18

Elle a vu le jour à LIMOGES

 

Son grand-frère KYLIAN est fier de vous présenter sa petite sœur de 2 kgs 100.

 

C'est une fille, Quelle joie !

Bonjour petite perle.
Bienvenue dans cet univers,
Où les petites demoiselles
se font les joyaux de la terre.
En plus, tu as tout pour toi
La beauté, la santé et les traits
D'une maman et d'un papa
Dont tu es le vivant portrait.

 

 

 

je vais la voir après-midi et je ramenerais des photos de cette petite puce...

a très bientot

laurence

4icp3ybm

Par laurence
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires
Mercredi 2 mars 2011 3 02 /03 /Mars /2011 16:40

 

Je serais certainement une grand-mère comblée en cette fête 2011, ma petite fille étant annoncée avant samedi... 3eme dans le rang de mes petits-enfants et 2eme petite puce...attendue avec impatience !

 

voici en attendant une recette d'amour...à prescrire à tous les futurs parents !

 

4a32d92c

 

 

Gateau d'amour

Ingrédients :

- Un lit chaud
- 2 corps différents (préalablement lavés)
- 500 grammes de caresses (ou plus)

- 50 grammes de baisers (ou plus)
- 1 banane pas trop mûre

- 2 kiwis
- 2 pamplemousses (grosseur à volonté)
- 1 four préchauffé à feu doux

Préparation :
- Introduire les 2 corps dans un lit chaud avec 50 grammes ou plus de baisers

- Enduire la surface des corps avec 500 grammes ou plus de caresses
(en ajouter, si pas assez sucrée)

- Couvrir ces mêmes corps, en particulier la banane, jusqu'à saturation
(Attention : ne pas faire de blanc en neige)

- Agitez, avec ménagement, les 2 pamplemousses,
et les faire dorer très légèrement sans les faire rougir

- Mettre la banane, préalablement chauffée, du bout des doigts,
dans le four, à température ambiante

Essentiel : laisser les 2 kiwis non pelés à l'extérieur

- Manœuvrer la banane très délicatement en va-et-vient.

La sortir de temps à autre et la retourner, afin de contrôler la cuisson :
 ceci afin qu'elle ne perde pas son jus.

- Extraire le jus de la banane, qui lui, doit rester dans le four.
Retirer celle-ci avec légèreté.

- Pour achever le gâteau, laissez macérer dans les mains,
ou essuyer le surplus avec la langue,
ceci étant laissé au choix à la cuisinière.

- Laissez refroidir.

- Démouler 9 mois après.

Ne pas omettre de recommencer fréquemment la recette
afin d'en savourer chaque fois davantage le goût. 

 

  23owpopy

 

Vous allez découvrir ici comment dire "je t'aime" dans toutes les langues...

 

Dire, "je t'aime !" en :


Acholi : amari
Afghan : Ma doste derm
Africain : Ek het jou liefe
Africain : Ek is lief vir jou
Akan : Me dor wo
Albanais : Te dua
Albanais : Te dashoroj
Albanais : Ti je zemra ime
Alentejano : Gosto de ti, porra !
Allemand : Ich liebe Dich
Algérien : Kanbghik
Alsacien : Ich hoan dich gear
Amharic : Afekrishalehou
Amharic : Afekrischaledou
Amharic : Ewedishalehu (homme/femme vers femme)
Amharic : Ewedihalehu (homme/femme vers homme)
Anglais : I love you
Anglais : I adore you
Apache : Sheth she'n zho'n
Arabe (Arabe formel ) : Ohiboke (vers une femme)
Arabe (Arabe formel ) : Ohiboki (vers un homme)
Arabe : Ib'n hebbak.
Arabe : Ana Ba-heb-bak
Arabe : Ana hebbek
Arabe : Ana behibak (femme vers homme)
Arabe : Ana behibek (homme vers femme)
Arabe : Ahebich (homme vers femme)
Arabe : Ahebik (femme vers homme)
Arabe : Ana ahebik
Arabe : Bahibak (femme vers homme)
Arabe : Bahibik (homme vers femme)
Arabe : Benhibak
Arabe : Benhibik (femme vers femme ou homme vers homme)
Arabe : Benhibkom (homme vers homme ou femme vers homme)
Arabe : Benhibak
Arabe : nhebuk
Arabe (Arabe formel ) : Okibokoma (homme vers femme ou deux hommes vers deux femmes)
Arabe (Arabe formel ) : Nohiboke (vers un homme)
Arabe (Arabe formel ) : Nohiboka ( vers homme )
Arabe (Arabe formel ) : Nohibokoma (homme vers femme ou homme ou deux hommes vers deux femmes)
Arabe (Arabe formel ) : Nohibokon (homme vers homme ou femmes vers deux femmes)
Arabe : Ooheboki.(homme vers femme)
Arménien : Yes kez si'rumem
Arménien : Yar ounenal
Arpitan savoyard : jhe t'âmo
Assamese (Inde) : Moi tomak bhal pau
Autrichien : Ich liebe dich
Ayamara : mûnsmawa
Bari ( Langage Soudanais) : Nan nyanyar do
Bari ( Langage Soudanais) : Nan nyanyar do parik
Basque : Nere Maïtea
Basque : Maïte zaitut
Batak : Holong rohangku di ho
Bavarois : I mog di narrisch gern
Bemba (Zambie) : Nalikutemwa
Bemba (Zambie) : Ninkutemwe
Bengalais : Ami tomAy bhAlobAshi
Bengalais : Ami tomake bhalobashi.
Berbère : Lakh tirikh
Bicol (Philippien) : Namumutan ta ka
Birman : Chi pa de
Birman : Min go nga chit tay
Bolivien (Quechua) : Qanta munani
Bosniaque : Volim te
Brésilien: Eu te amo (prononcer "eiu chee amu")
Breton : da garan" (poétique - pour les amoureux)
Breton : da garout a ran" (formule plus "commune" - je t'aime (bien))
Bulgare : Obicham te
Bulgare : As te obicham
Bulgare : Obozhavam te (je t'aime énormément, mais tendre)
Cambodgien : Bon sro lanh oon
Cambodgien : kh_nhaum soro_lahn nhee_ah
Canadien français : Sh'teme , ou j't'aime
Cantonais : Ngo oi ney
Catalan : T'estim (Mallorcain)
Catalan : T'estim molt
Catalan : T'estime (Valencien)
Catalan : T'estimo
Catalan valencien : Te vullc
Cebuano (Philippin) : Gihigugmz ko ikaw
Chamoru ou Chamorro : Hu guaiya hao
Cheyenne : Nemehotates
Chichewas : Ndimakukonda
Chickasaw (USA) : Chiholloli (i final nasal)
Chinois : Goa ai li (dialecte Amoy)
Chinois : Ngo oi ney (dialectecte Cantonais)
Chinois : Wo oi ni (dialectecte Cantonais)
Chinois : Ngai oi gnee (dialecte Hakka)
Chinois : Ngai on ni (dialecte Hakka)
Chinois : Wa ai lu (dialecte Hokkien)
Chinois : Wo ai ni (dialecte mandarin)
Chinois : Wo ie ni (dialecte mandarin)
Chinois : Wuo ai nee (dialecte mandarin)
Chinois : Wo ay ni (dialecte mandarin)
Chinois : Wo ai ni (dialecte Putunghua
Chinois : Ngo ai nong (dialecte Wu)
Comorien : N' game handzo
Coréen : Dangsinul saranghee yo
Coréen : Saranghee
Coréen : Nanun dangsineul joahapnida
Coréen : Nanun dangsineul mucheol joahapnida
Coréen : Nanun dangsineul mucheol saranghanida
Coréen : Nanun gdaega joa
Coréen : Nanun neoreul saranghapnida
Coréen : Nanun neoreul saranghanda
Coréen : Gdaereul hjanghan naemaeum alji
Coréen : Jaohaeyo
Coréen : Saranghaeveyo
Coréen : Saranghapanida
Coréen : Norul sarang hae
Coréen : Tangsinul sarang ha o
Coréen : Tangsinul sarang ha yo
Coréen : Tangshin-ul sarang hae hae-yo
Coréen : Tangshin-i cho-a-yo
Coréen : Nanun tangshinul sarang hamnida
Coréen : Tangsinul sarang ha yo
Coréen : Nanun tongshinun sarang hamnida
Corse : Ti tengu cara (homme vers femme)
Corse : Ti tengu caru (femme vers homme)
Créole : Mi aime jou
Créole Antillais (martinique guadeloupe) : Men ainmainw
Créole خle-Mauricego kontan toi
Créole de la Réunion : Aime a ou
Créole de la Réunion : Mi aim a ou
Créole Haïtien : muwen renmen' ou
Croate (familier) : Ja te volim
Croate (familier) : Volim te
Croate (formel) : Ja vas volim
Croate (formel) : Volim vas
Croate (formel) : Ljubim te
Danois : Jeg elsker dig
Danois : Jeg er forelsket i dig (je suis amoureux)
Davvi Semegiella : Mun rahkistin dù
Digbambara : n' bi fe
Dusun : Siuhang oku dia
Ecossais Gallois : Tha gra dh agam ort
Equatorien (Quechua) : Canda munani
Espagnol (Castillan) : Te quiero
Espagnol (Castillan) : Te Amo
Esperanto : Mi amas vin
Estonien : Mina armastan sind
Estonien : Ma armastan sind
Ethopien : Afgreki'
Farsi : Tora dust mi daram
Farsi : Asheghetam
Farsi (Perse) : doostat dAram
Finnois (formel) : Minä rakastan sinua
Finnois (formel) : Rakastan sinua
Finnois (formel) : Minä pidä sinustra
Finnois : (Mä) rakastan sua
Finnois : (Mä) tykkään susta
Flamand : Ik hue van ye
Flamand : Ik hue van dei
Flamand (Néerlandais) : Ik hou van jou (passionnément)
Flamand : ik zie je graag
Français : Je t'aime
Frisien : Ik hou fan dei (sp?)
Frisien : Ik hald fan dei (sp?)
Gaélique : Tha gradh agam ort
Gaélique : Moo graugh hoo
Galicien : Querote
Galicien : Queroche
Galicien : Amote
Gallois : Rwy'n dy garu di.
Gallois : Yr wyf i yn dy garu di (chwi)
Ghanéen (Akan, Twi) : Me dor wo
Grec : S'ayapo
Grec : Eime eroteumos mazi sou
Grec : Eime eroteumos me 'sena (vous vers homme ou femme)
Grec : Eime eroteumeni me 'sena (vous vers homme ou femme)
Grec : Eime eroteumeni mazi sou
Grec (supérieur) : (Ego) philo su
Grec (ancien) : Philo se
Groenlandais : Asavakit.
Guarani : Rohiyu (ro-hai'-hyu)
Gujrati (Pakistan) : Hoon tane pyar karoochhoon
Gujrati (Pakistan) : Hoon tuney chaoon chhoon (n nasal, ne pas prononcer)
Hausa (Niger) : Ina sonki
Hawaiien : Aloha wau ia 'oe
Hawaiien : Aloha wau ia 'oe nui loa ( je t'aime énormément)
Hébraïque : Ani ohev otach (homme vers femme)
Hébraïque : Ani ohev otcha (homme vers homme)
Hébraïque : Ani ohevet otach (femme vers femme)
Hébraïque : Ani ohevet otcha (femme vers homme)
Hébraïque : Anee ohev otkha (homme vers femme)
Hébraïque : Anee ohevet otkha (femme vers homme)
Hébraïque : Anee ohev otkha (homme vers homme)
Hébraïque : Anee ohevet otakh (femme vers femme)
Hindi : Mae tumko pyar kia
Hindi : My tumko pyar karta hu
Hindi : Main tumse pyar karta hoon.
Hindi : Ham Tomche Payer Kortahe
Hindi : Mai tumse peyar karta hnu
Hindi : Mai tumase pyar karata hun (homme vers femme)
Hindi : Mai tumase pyar karata hun.(femme vers homme)
Hindi : Mai tumse pyar karta hoo
Hindi : Mae tumko pyar kia.
Hindi : Main tuze pyar karta hoon (le n est nasal, ne se prononce pas)
Hindi (Kannada) : Naanu ninnannu premisuththene
Hmong (ethnie du laos) : Kuv hlub kov (à prononcé cou lou co à peu près)
Hokkien : Wa ai lu
Hongrois : Szeretlek
Hongrois : Szeretlek te'ged
Hopi : Nu' umi unangw´ta
Ibaloi (Philippin) : Pip-piyan taha
Ibaloi (Philippin) : Pipiyan ta han shili (je t'aime énormément et plus)
Imazighan : Halagh kem
Indonésien : Saya kasih saudari
Indonésien : Saya cinta kamu
Indonésien : Saya cinta padamu
Indonésien : Saja kasih saudary
Indonésien : Aku cinta padamu
Indonésien : Aku tjintaa padamu
Indonésien : Aku cinta kamu
Irlandais : taim i' ngra leat
Irlandais/Gallois : t'a gr'a agam dhuit
Iroquois mingo : kِnuِhkwa' (le /ِ/ se prononce comme le /on/ en français, et le /'/ est l'arrêt glottal)
Islandais : Eg elska thig
Italien : ti amo


20536 1279153792512 1640046375 710773 3943328 n

Par laurence
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mercredi 2 mars 2011 3 02 /03 /Mars /2011 16:11

Bonjour

  471867bonjour33333

Déja milieu de semaine, déja le mois de Mars,je ne vois pas le temps passer...

 

En l'honneur de toutes les grands-mères, voici quelques souvenirs littéraires sur les grands-mères d'écrivains ..

 

Une grand-mère ? Le mot évoque tant de choses : douceurs et gâteries pour les uns, rigueur pour les autres, récits enjolivés pour celles que l'on n'a pas connues…
Retrouvons pour le plaisir de la lecture le souvenir de quelques grands-mères d'écrivains…


                                   La grand-mère des images d'Epinal

Parfois, la grand-mère porte des robes et des coiffures de l'ancien temps. Douce pour ses petits-enfants, elle leur sort des livres d'un autre siècle, joue avec eux à des jeux oubliés des nouvelles générations… Avec ses habitudes parfois surannées, elle a pour les petits une saveur " d'autrefois ", d'un passé devenu forcément bien doux et protecteur.
" Bonne-maman avait des joues roses, des cheveux blancs, des boucles d'oreilles en diamant ; elle suçait des pastilles de gomme, dures et rondes comme des boutons de bottines, dont les couleurs transparentes me charmaient ; je l'aimais bien parce qu'elle était vieille. […] Je déjeunais chez eux tous les jeudis ; rissoles, blanquette, île flottante ; bonne-maman me régalait. Après le repas, bonne-maman sortait du buffet la toupie métallique sur laquelle on enfilait, pendant qu'elle tournait, des ronds de carton multicolore. Elle faisait avec moi des parties de dominos, de bataille, de jonchets. "

 (Simone de Beauvoir, Mémoires d'une jeune fille rangée, Gallimard).

bc777e9e
                                          La grand-mère qui ne s'en laisse pas conter

    D'autres interviennent dans l'éducation des petits-enfants. " Après tout, pensent-elles, puisqu'elles ont déjà élevé les leurs, elles savent ce qui est bien ". Elles ont d'ailleurs souvent le recul qui manque aux parents et leurs remontrances n'empêchent pas les petits de les aimer aussi fort.
" Ma grand-mère me donnait les plus vives inquiétudes : j'avais la douleur de constater qu'elle ne m'admirait pas assez. Elle blâmait ouvertement en moi le cabotinage qu'elle n'osait reprocher à son mari : j'étais un polichinelle, un pasquin, un grimacier, elle m'ordonnait de cesser mes " simagrées ". J'étais d'autant plus indigné que je la soupçonnais de se moquer aussi de mon grand-père. […] À part cela, bien entendu, je l'adorais : puisque c'était ma grand-mère. "

(Jean-Paul Sartre, Les mots, Gallimard)

bc777e9e
                                        La grand-mère originale

    Avec le recul des années, la grand-mère sait parfois prendre des décisions éducatives novatrices, avec intelligence et pédagogie. George Sand se souvient ainsi de son apprentissage de l'écriture, commencé dans la peine et la répétition avec sa mère et libéré par sa grand-mère…
" Ma mère me faisait faire de grandes pages de bâtons et de jambages. Mais, comme elle écrivait elle-même comme un chat, j'aurais barbouillé bien du papier avant de savoir signer mon nom, si je n'eusse pris le parti de chercher moi-même un moyen d'exprimer ma pensée par des signes quelconques. [...] Je vins bientôt à bout de me faire une orthographe à mon usage. Elle était très simplifiée et chargée d'hiéroglyphes. Ma grand-mère surprit une de ces lettres et la trouva très drôle, [et] conseilla à ma mère de me laisser griffonner seule tant que je voudrais. Elle disait avec raison qu'on perd beaucoup de temps à vouloir donner une belle écriture aux enfants et que pendant ce temps-là ils ne songent point à quoi sert l'écriture. "

(G. Sand, Histoire de ma vie, 1854)

  bc777e9e


                                           La grand-mère bourrue

    Et puis, il y a ces grands-mères pour lesquelles un chat est un chat : elles ont passé l'âge de s'amuser à couper les cheveux en quatre. Elles pestent contre les problèmes, les contrariétés, les chamailleries des frères et sœurs, mais gardent pour leurs petits-enfants, sous des dehors bourrus, un cœur immense et une affection indéfectible.
" Grand-mère jugeait les pluies ineptes. Pour elle, il devait pleuvoir une fois pour toutes et qu'on n'en parle plus. On lui confiait la responsabilité du régime des pluies, elle bloquait huit jours dans l'année pour y faire tomber la quantité d'eau étalée sur douze mois […]. Au lieu que là, disait-elle, cette douche écossaise à la mode de Bretagne, on n'en sortait jamais. Elle pestait contre le mauvais temps comme après tout ce qui allait mal. Elle si ferme sur les principes jurait vingt fois par jour des " noms de nom " - nom de qui, on ne savait pas - qui résonnaient lourds de menaces et de sous-entendus. "

(Jean Rouaud, Les champs d'honneur, Les Éditions de Minuit).

titre-souvenir-grands-meres


    Et votre grand-mère ?

    Et vous ? Quelle sorte de grand-mère avez-vous ? Quel éloge écrit ou affectueux lui adresserez-vous un jour ? À vous de répondre !

 

  04

 

 

 

                    Belles Citations pour la fête des grands-mères

* Une maman formidable donne toujours une grand-mère exceptionnelle.
(Jean Gastaldi, citation extraite de "Le petit livre de maman")

* Les grand-mamans c'est des mamans à la retraite
(parole d'enfant)

* Les oncles, les tantes et les cousins, c'est bien. Les parents, c'est à ne pas négliger. Mais une grand-mère les vaut tous.
(Fanny Fern)

 

  Pied-de-page-Ameliorer-Sa-Vie com-Vivre-Mieux

 

Voici mon dernier texte écrit ce matin,

je suis en pleine rédaction de mon prochain ouvrage, et ce texte ressemble tout à fait à ce que vous pourrez découvrir dans ce livre qui, je le souhaite, paraitra en 2012 !

 

                               MON AVENIR M'APPARTIENT

 

Il y avait en moi toutes les possibilités,
tout ce que je voulais être...

Toute l'énergie pour accomplir
ce que je voulais réaliser.
Je me suis imaginée comme j’aimerais être,
faisant ce que j’aimerais faire,
et chaque jour,
J’ai avancé d'un pas... vers ce but.

 

Et même si parfois
il m’est paru trop dur de continuer,

J’ai tenu bon mes rêves.
Un beau matin je me suis réveillée
pour découvrir
que je suis devenue
la personne dont j’ai rêvé...
ayant accompli ce que je voulais...
simplement parce que j’ai eu le courage de croire en moi...
et en mes rêves...

 

  12275774684386o2lz

  Bonne soirée

 

Laurence

Par laurence
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Lundi 28 février 2011 1 28 /02 /Fév /2011 13:54

Bonjour

  9xlijj62

J'espère que vous avez passé un bon we !

 

Voici 2 nouvelles poésies écrites hier après midi :

 

Le vent

 

J’aime le vent
Sans faux semblants
Loin de ces gens
Sans sentiments.

 

J’aime le vent
Loin des tricheurs
Ces faux-aimants
Sans aucun cœur.

 

J’aime le vent
Tel les romans
Où sentiments
Semblent bonheur.

 

J’aime le vent
Son souffle vrai
Loin du présent
Où tout paraît.
  

 

barrefillefleur

 

Le livre

 

 

Après une préface
Et des lignes perdues
Elle a laissé des traces
De sa vie incongrue.

 

Et les pages ont tourné
Dévoilant tant de mots
De son encre séchée
Entre monts et ruisseaux.

 

Les images écrites
Tout au long de l’ouvrage
A travers les chapitres
Ont décrit les nuages.

 

Mais le livre se meurt

Car les mots inutiles
Aux yeux de ses lecteurs
Paraissent tant futiles.

 

  barrefillefleur

 

Ma petite-fille devrait être née milieu de semaine, accouchement déclenché mercredi matin ...je vous annoncerai cette belle naissance !

  39            c9c9a6ef

 

Jeudi 3 Mars à 20H je serai au concert de Michel Sardou au Zénith de Limoges... une agréable soirée en perspective...que j'attends depuis plusieurs mois !

 

  28-02-2011 10;53;43          imagesCA355I8F

 

imagesCA2YI3FW           imagesCAEZ9NIQ

 

 populaire du centre de Vendredi 25 Février 2011

28-02-2011 10;54;41   28-02-2011 10;55;19

 

et je prépare mes salons du livre de la semaine prochaine...

 

Si vous n'êtes pas loin du marais poitevin ce dimanche 6 Mars, passez me rendre visite à Saint Hilaire la Pallud,  salon des Dames du marais... ! et pensez également à la fête des grands-mères ...

  gd mere          wj9i4z95

 

a bientôt

Laurence

 

laurence carna

Par laurence
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires

Mon pays...

Créer un Blog

Recherche

Calendrier

Juillet 2014
L M M J V S D
  1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30 31      
<< < > >>

Un pays où il fait bon vivre !parlez

  d2f20be3

 

 

0kjcqub6.gif 

 

Film documentaire :

"Laurence, femme de paysan"

dvd petite

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

Je vous propose de visionner
un extrait du film documentaire
auquel j'ai participé en 2007
ICI CLIC
vous trouverez aussi le lien direct
pour acheter le DVD ...

 

 1214140037_o3w7y13e.gif

 

Vous qui passez à pas feutrés,

Laissez-moi une trace, juste un signe…

Comme une empreinte de pas sur le sable,

sable

Un mot posé sur mes pages comme un sourire 

bde8dd65

 N'oubliez pas de signer mon livre d'or...
ICI

 

(cliquez sur Mon livre d'or)   

 

  cliqueici14                   Mon livre d'or


cugbruj6


025

  hn8ehaf6

 

 
 
 
 
SOUTENEZ LA RECHERCHE POUR LA SCLEROSE EN PLAQUES


ruban-sep-prisme                 ns-r-veil-pub.jpg

link EN CLIQUANT SUR CE LIEN VOUS TROUVEREZ MA PAGE SUR L'ARSEP POUR COLLECTER DES DONS MERCI !!

 

 

une%20melodie

  

   <

Syndication

  • Flux RSS des articles

Littérature

mljacp

signature
 
  new6.gif Parution 2013 :
Au jardin des mots
ISBN 979-10-91153-08-9
  SDC12716
Décliner les mots à chaque instant de la vie pour en faire des fleurs d'écriture..
 
Recueil de textes poétiques ; différents thèmes y sont abordés...(l'écriture, les mots, la vie, les sentiments...)
Pour commander le livre :
Bon de commande à recopier ou imprimer
« Au jardin des mots » au prix de 16€
Les frais de port sont à rajouter : 2€, expédition dès réception de la commande.
Nom, prénom : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Adresse : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Code postal : . . . . . . . . .. . . . . Ville : . . . . . . . . . . . . . .. . . . .
Pays : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
E-mail : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Tél. : . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Je commande . . . Exemplaire (s) x 18 € = . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . €
Date et signature :
Coupon-réponse + règlement par chèque à l’ordre de Monique CLUZEAU
(Éditions des souvenirs d’antan Siret No 534 149 000 18)
À envoyer à : Monique CLUZEAU, 4, rue de la mare 79190 LIMALONGES
   
Parution 2012 :
Ma sortie de l'enfer
Le journal de ma nouvelle vieLaulau couverture avec Editions - 1 copie
ISBN : 979-10-9113-00-3
     Est paru en février 2012, mon dernier livre,  il est édité par « Les éditions des souvenirs d'antan ». Cet ouvrage  est attendu par de nombreux lecteurs  connaissant le                      parcours courageux de l’auteur durant l’année écoulée
Résumé :
 Ce livre est le témoignage  vivant d’une expérience de vie. Vous allez découvrir le parcours courageux, téméraire d’une femme meurtrie par une maladie destructrice, la Sclérose en plaques qui m’a clouée dans un fauteuil roulant pendant plus de dix ans. En 2010, j’ai eu le courage de prendre ma vie en main ; je suis parvenue à surmonter tous les obstacles, à relever la tête pour enfin trouver la lumière, rayonner de bonheur et vivre pleinement heureuse. J’ai trouvé le courage de livrer un combat contre la maladie et plus rien désormais ne viendra entamer mon avancée dans ma nouvelle vie de femme debout…
Extrait :
           Parfois je me demande ce que je fais là devant mon ordinateur à écrire ce livre. Je me questionne sur l’idée qui m’a traversé l’esprit. Je me questionne sur les raisons qui m’ont poussée à écrire ce témoignage, car il s’agit bien là d’un témoignage. Alors je plonge en moi et je sais…
Je sais que je fais le choix de me réaliser, d’avancer sur mon chemin, et ce choix consiste aussi à faire passer mon message. Je désire faire comprendre à tous les malades de la Sclérose En Plaques, ou d’autres maladies dites incurables, que leur vie n’est pas finie, que leur combativité est toujours présente en eux, et, qu’avec l’aide d’une main tendue, un peu de volonté, un peu d’obstination, ils pourront alors faire abstraction de leurs tourments, de leur maladie en la rangeant dans un petit tiroir à l’abri des regards indiscrets ; ils seront alors fiers d’avoir pris le dessus pour diriger leurs pas et pouvoir continuer leur chemin de vie. Ils auront su regarder leur reflet dans un miroir pour s’apercevoir de leur déchéance et leur cœur désirera vivre à nouveau sereinement. 
            Mes mots peuvent vous toucher, résonner en vous, vous ouvrir de nouveaux horizons mais vous resterez seul devant l’aboutissement de votre propre décision. Si vous ne souhaitez pas surmonter cette épreuve et combattre le mal qui est en vous, vous ne lirez ce livre qu’en simple témoignage et non pas comme, peut-être, un exemple à essayer de suivre…
Je vais partager avec vous ma démarche personnelle, corporelle, émotionnelle, relationnelle, qui m’a permis d’évoluer vers un avenir plus agréable à vivre, à mon sens.
Il vous parlera de ma prise de conscience, de ma guérison psychologique et physique, du dépassement de mes souffrances et je souhaite qu’il  vous permette de trouver le courage de « guérir »… pas guérir de la maladie, non, moi-même je ne suis pas sauvée « scientifiquement parlant », mais guéris de vos idées noires, des mauvaises ondes planant sur vous, de tout ce qui vous empêche d’avancer sur votre propre chemin.
J’ai eu ce courage qui m’a demandé un effort surhumain mais qui m’a libérée de tant de souffrances…
J’ai réappris à sentir et ressentir, à faire confiance à mes sensations, mes perceptions, mon équilibre et mes sentiments.
 
Pour commander le livre :
Bon de commande à recopier ou imprimer
« Ma sortie de l’enfer » au prix de 16€
Les frais de port sont à rajouter : 2€, expédition dès réception de la commande.
Nom, prénom : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Adresse : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Code postal : . . . . . . . . .. . . . . Ville : . . . . . . . . . . . . . .. . . . .
Pays : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
E-mail : . . . . . . . . . . . . . . . . . . .  . . . . Tél. : . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Je commande . . . Exemplaire (s) x 18 € = . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . €
Date et signature :  
Coupon-réponse + règlement par chèque à l’ordre de Monique CLUZEAU
 (Éditions des souvenirs d’antan Siret No 534 149 000 18) 
À envoyer à : Monique CLUZEAU, 4, rue de la mare   79190 LIMALONGES 
INFOS : Mes livres en auto-édition
  Tous mes livres sont répertoriés sur le réseau DILICOM (réseau des libraires !)
 et vendus sur le réseau AMAZON.... 
 NOUVEAUTES 2011 :
  * Livres répertoriés sur le réseau FNAC.com
  * Mode de réglement paypal en ligne sur le blog !
si vous désirez utiliser ce système entièrement sécurisé vous le trouverez en haut à gauche du blog dans le module "pages" 
 
 
  • Pour les limousins certains livres sont disponibles en librairie sur Limoges et sa région, à savoir :
 
-         CULTURA à Family Village, Zone Nord
-         ESPACE CULTUREL LECLERC Zone Nord
-         LIBRAIRIE PAGE ET PLUME  Limoges centre
-         LIBRAIRIE PLEIN CIEL centre Commercial Corgnac  Limoges
-         LIBRAIRIE AU REVE D’EDEN, Limoges rue Francis Planté
-         LIBRAIRIE DES ECOLES à Saint Léonard De Noblat
 
           Pour les corréziens :
 
-         LIBRAIRIE LA CROISEE DE BEYNAT à Beynat
-         LIBRAIRIE CULTURE EVASION  à Brive
 
          Pour les charentais : mon dernier ouvrage seulement
 
-         ESPACE CULTUREL DU LECLERC  à Ruffec
-         INTERMARCHE  à Sauze Vaussais (79)   
 
 
      . Pour les auvergnats :
 
- LIBRAIRIE MAISON DE LA PRESSE à MURAT (15) 
 
 1214140037_o3w7y13e.gif
** je suis membre de l'association ADER
l'amicale des écrivains régionaux (46)
 
** je suis membre de l'association "l'encre bleue"
de la région Nimoîse (30) son but : promouvoir les auteurs indépendants de toutes régions...
Nouveau
** Je suis membre de l'association "auteurs libres du Limousin"(87)

 VOICI MES LIVRES :
ROMANS,
POESIE
 ET NOUVELLES
 
livres adultes

Mon 1er roman : roman du terroir !
 Paru en 2008
ble1.jpg

Roman dont l’action se déroule à la fin du XX eme siècle, début XXI eme.

           
Une saga paysanne dans laquelle vous découvrirez un jeune couple de paysans armés de courage pour supporter les diverses crises agricoles qui parcourent leur vie !
Les êtres y cheminent entre bonheur et crainte du lendemain. Ils connaîtront aussi la crise de la vache folle…
 


"Une vie couleur vert pays"

Ecrit par Laurence POURIEUX    
auto-édition

Après le succès de son autobiographie « Semailles Et Pagaille », Laurence Pourieux signe ici son premier roman, mélange de fiction et d’expériences vécues. 

 
 

4eme de couverture :

Cette saga familiale s'ouvre sur la découverte du monde rural par une jeune citadine. Une nouvelle vie s'offre a elle avec la joie de vivre au contact des bêtes, des traditions rurales et des frémissements de la campagne... Les êtres y cheminent entre bonheur et crainte du lendemain.  Cette vie de paysan à laquelle Françoise s'est mariée, sera remplie de courage, de ferveur, de pudeur et de ténacité. Mais la maladie touchera aussi l'héroïne de plein fouet !

Une saga paysanne qui sent bon le blé et le vent des prairies sous le ciel de l'amour, dans ce Limousin ou ils ont choisi de vivre...

Comme l'écrit Françoise sur son petit carnet :
" Limousin, terre d'accueil, nous t'avons choisi pour y vivre, pour y travailler. Nous te confions notre avenir et celui de nos enfants. Tu es l'espoir de notre réussite; aide-nous à nous épanouir et ne pas regretter de t'avoir choisi comme pays de vie !"


 ISBN : 978-2-9531541-1-5        
Prix 18 € frais de port inclus
vache01%20(36)


  Ce roman, je viens de le faire publier sur le site
www.lulu.com
   mais avec une autre couverture                                                                               
                                              
 


BIOGRAPHIE :

Laurence Pourieux naît en région parisienne en 1959.

Elle se destine à devenir biochimiste en passant le BAC F7 en 1977 et le BTS F7 en 1979. Elle rencontre son mari lors des vacances d'été, il est payan, elle deviendra paysanne. Ils ont 4 enfants.

Elle exerce avec passion le métier d’agricultrice pendant plus de 20 ans.
Elle l’exercerait encore si le destin n’avait pas décidé de s’acharner sur elle.
 Elle est atteinte d’une sclérose en plaques diagnostiquée en 2000.

Elle a trouvé refuge dans l’écriture. Celle-ci est devenue sa thérapie depuis qu’elle se trouve en fauteuil roulant. Son premier ouvrage est paru en 2006 chez editeurindependant.com.  Elle a publié depuis un journal intime, 2 livres de poésies et plusieurs ouvrages jeunesse.  



INFO :
Pour chaque roman 1 vendu
1€ est reversé à la NAFSEP
pour la recherche contre la sclérose En Plaques !

 




OU ME RETROUVER                                                    
  

JE VOUS DONNE RDV AUX SALONS DU LIVRE     

     

 

Salons 2014

 
       
 
* Saint Martin de Jussac (87) le Dimanche 16 Mars 2014
 
     
 
* Lire à Limoges (87) aura lieu les Vendredi 04 Avril, Samedi 05 avril et dimanche 06 Avril 2014
pas de stand pour moi cette année.....
* Le Dorat (87) le Dimanche 27 Avril 2014

  
* Landouge (87) le Dimanche 22 Juin 2014 : salon des auteurs libres du limousin
* Limoges corgnac (87) les Vendredi 21 et Samedi 22 Novembre 2014 : salon livres et toiles 
     
 
 liste qui se complètera au fur et à mesure des réponses à mes demandes ! 
 
 Mais si vous désirez un de mes livres je reste à votre disposition par mail !

1214140037_o3w7y13e.gif


PREMIERS COMMENTAIRES
DE LECTRICES
ICI CLIC
 
merci livre


 

LA PRESSE A DIT

 

 

 

CLIC ICI



EXTRAIT LU, VIDEO !



Reportage radio du 25/06/08

Rediffusion fin juillet 2008...
 


E-book paru pour vous faire découvrir ce roman
quelques pages pour votre plaisir
à lire gratuitement....
puis si vous souhaitez acquérir le livre, n'hésitez pas à me le demander !
LIEN ICI : link
 
                         nouveau
 
e-book complet du roman paru en mai 2010 chez lulu.com
son prix 5€, pour les "lecteurs nouvelles technologies" !
lien d'achat : link

 

 
 
 



LIVRE RETENU POUR LE PRIX LITTERAIRE 2008-2009 HANDI LIVRE, CATEGORIE ROMAN !
 il termine dans les 5 premiers !
 
* Pour acquérir ce livre, voici le bon de commande à m'envoyer.
 
BON DE COMMANDE DES ROMANS

A visiter aussi pour plus de facilité pour vous y retrouver dans mes livres , mon site auteur ! 

http://sanguirena.jimdo.com


la%20poesie
 
Paru en Avril 2009, mon tout nouveau recueil de poésies revu et corrigé, illustré en noir et blanc et il contient 300 pages !
la couverture étant entièrement réalisée par mes soins !
son titre est inchangé car il lui convient à merveille

                           
"Avec l'encre de mon coeur"

Pour celles et ceux qui ont connu et lu la première version, au même prix(10€) vous pourrez voir la différence de qualité au niveau imprimerie et mise en page, de couverture , mais j'espère aussi de mes textes ! 
 
 il ne me reste que quelques exemplaires je ne le réediterais pas alors dépêchez vous de le commander ...
 
 
suite-photos.jpg
 


Mon 2em roman
paru 2009 !

Son titre : Un orage d'amour
Son thème (les mots sont déjà dans le titre),
 
voici sa 4em de couverture :

"Sophie, femme de cinquante ans, mariée, heureuse, redécouvre l'amour par hasard, quitte tout pour cet homme avec lequel elle se sent rajeunir et redevenir une femme !
Mais sa conscience ne lui permet pas de vivre tranquille...
Sa vie sera remplie de rebondissements !"

Sa couverture :



196 pages d'amour et d'aventure pour ensoleiller vos journées.... un livre à ne pas manquer !


ISBN : 978-2-9531541-6-0
Son prix : 18€ frais de port inclus  


(vous pouvez le commander avec le même bon de commande que le 1er roman, situé plus haut !)

Vous pouvez aussi retrouvez ce livre sur le site de lulu.com, il vient de paraître !  toujours à 15€ ...
 
new22  Je vais concourrir avec ce roman, au prix littéraire handilivres 2010 !
sera-t-il sélectionné comme le premier ?
je ne manquerai pas de vous tenir informés !  HELAS NON
ce sera pour un prochain livre...
 
  025
 
 
 pour visionner et acheter les 2 romans sur le site de lulu voici l'adresse !

http://stores.lulu.com/store.php?fAcctID=4001484
cgv21641.png

025
 
Pour les  livres jeunesse vous trouverez un bon de commande à gauche du blog....          

025
 
      NOUVEAUTE :

Mon tout nouveau site auteur :

http://www.libertybook.fr/laurencepourieux.html
 

  
  
xax5uniw 
 
Recueil de nouvelles
paru début Décembre 2009

"Balades Litter'Elles" 
 
Ce livre est une promenade dans le pays de Laurence 
Vous y découvrirez la naissance, la vie et la mort ! 
Des nouvelles inspirées de la réalité actuelle mais aussi de sa
maladie et du monde paysan dont elle fait partie depuis
trente ans ! Ce sont des leçons de vie… 
Dans l’écriture de cet ouvrage on retrouve le style passionné de l’auteur.  Elle vit ce qu’elle écrit !           
Pourquoi  ce  titre étrange : balades litter’elles ?
l’auteur a voulu mettre en avant la femme, présente dans tous
ses textes ; vous allez vous promener dans ce monde féminin
imaginé par l’auteur. Bon voyage, destination Laurence.
       Prix : 12 €  + port 3€                                 ISBN : 978-2-9531541-7-7  

Tirage limité
  dépêchez-vous de le réserver si vous souhaitez l’offrir ou vous l’offrir !   Compter 3€ de port.
Par mail, et je vous enverrai en retour les consignes pour l’acheter !
 
                          
 
 1ozttyhp
3em roman 
« UNE VIE QUI N’EN FINIT PAS… »
 
Roman mystique, un peu fantastique , où l’auteure s’en ai donné à cœur joie pour écrire une histoire où une maison et ses habitants vont vivre des aventures passionnantes entourés de fantômes, de revenants et même se retrouver projetés dans le futur !
 Un voyage dans le monde des vivants et « des morts », qui nous tient en haleine pendant les 340 pages du roman !
 
« Une vie qui n’en finit pas… »
ISBN 978-2-9531541-8-4 
 
  COUV ROMAN 3BIS  
 
 
4eme de couverture :
 
Si le temps n’est vraiment qu’une illusion pratique, si le passé et l’avenir se confondent, alors il se peut que nous soyons, à chaque instant, rejoints par ceux qui, venus avant nous en ce monde, ne se résignent pas à le quitter.
Alors il se peut que les fantômes existent ! 
Le roman de Laurence n’est pas une banale histoire de maison hantée, mais une tentative originale pour nous convaincre que le passé n’est jamais fini et que chacun de nos actes tombe dans l’éternité et y dessine à l’infini les cercles toujours recommencés du destin.
  
 Son prix : 18€ + port   soit 22€
Livraison en 2 jours ouvrés, dans une enveloppe à bulle,
 marque-pages offert.
 
Réserver votre exemplaire dès aujourd’hui !
 
 
Sur mon blog
Ou mes sites auteur http://sanguirena.jimdo.com
Ou par mail : dlaurence2@aol.com
  
 
EXTRAIT :
 
Annie se détendit. C’était là le même bavardage vague et peu convaincant que celui que leur avait déjà fait entendre Eléonore. Soulagée, elle se laissa aller à ses pensées et ne prêta qu’une oreille distraite aux descriptions du médium, qui à présent parlait d’un pendu, puis d’un petit chien blanc. La mention du chien lui remit en mémoire le fameux Rami, invisible et présent, et elle songeait avec insouciance à l’animal, lorsque, comme si cette évocation muette eût été un signal, la terreur fit son apparition.
Elle s’insinua lentement, sournoisement, dans la pièce, comme un filet d’eau sale filtrant par la fente d’un mur. Une voix   Une voix qui n’appartenait à aucun de ceux qui faisaient cercle autour de la table   se mit à marmonner des paroles inintelligibles. Tout d’abord elle ressembla au son que fait un vieux disque vinyle sur un électrophone réglé à une vitesse trop lente. Puis le bourdonnement sourd devint à la fois puissant et plus précis ; on commença à distinguer quelques mots. Le médium était rigide, et son poignet tressautait entre les doigts d’Annie. Cette fois, Eléonore était vraiment en proie à la terreur, et cela pour une excellente raison : elle savait que la voix épouvantable qui continuait à marmonner ne sortait pas de sa gorge. Elle n’était pas la seule à savoir : Annie avait compris que le son provenait non de sa droite, mais de sa gauche. D’Elisabeth ! 
Les autres supposaient, bien entendu, que Madame Eléonore était en train de parler en état de transe, et ils se mirent à observer un silence total. Soudain, le froid parut plus intense.
La voix n’avait pas prononcé plus de six paroles intelligibles, lorsque, sous l’effet d’une tension nerveuse devenue insupportable, Eléonore lança un hurlement qui n’avait rien d’humain. Son cri arracha le reste de l’assistance à la paralysie où l’avait plongée l’horreur ; on entendit des bruits de chaises repoussées en arrière, des exclamations, des questions. L’électricité se ralluma. L’espace d’un éclair, Annie vit nettement Clément qui, la main encore posée sur l’interrupteur, le corps plaqué contre le mur, le visage livide, la regardait…
Non, ce n’était pas elle qu’il regardait, mais Elisabeth, toujours assise à côté d’elle. Clément savait.
Au prix d’un effort surhumain, Annie tourna la tête pour regarder la chose qui se trouvait près d’elle : muette, à présent, yeux baissés, mains immobiles. Les traits d’Elisabeth n’avaient pas changé : Annie reconnut le nez fin de sa nièce, sa bouche délicate. Et cela ne fit qu’exaspérer son sentiment d’horreur, car elle savait, avec une certitude d’où toute logique était exclue, que, lorsque la jeune fille se tournerait vers elle, quelque chose qui n’était plus Elisabeth la regarderait par les yeux de celle-ci.
 
4em roman 
« L’ordonnance du cœur »
ISBN 979-10-90168-00-8
 Nouvelle édition : Laurence Editions 
 
couv roman
4eme de couverture :
 
L’histoire de Chantal, jeune fille moderne, enjouée, est vécue certainement par des milliers de jeunes filles dans le monde.
Elle va suivre un chemin de vie rempli de découvertes, de joies.
Elle rencontre l’amour qu’elle vivra intensément.
Son parcours au sein d’une école renommée est exemplaire malgré les difficultés d’adaptation. Elle y étudiera cinq années. 
Ce roman est inspiré du vécu de l’auteur.
 
EXTRAIT :
 
Ses yeux verts éclairent son doux visage entouré de deux longues tresses rattachées entre elles par une barrette de couleur vert olive, en harmonie avec sa tenue du jour, choisie avec un goût parfait de jeune fille à la mode.
De ses longs cheveux auburn qu’elle avait brossés avec soin, se dégageait une féminité naissante qui renforçait l’impression de maturité donnée par cette jeune femme de quinze ans.
Chantal avait atteint sa taille d’adulte et ses formes généreuses la laissaient paraitre cinq ans de plus…
 
Après avoir vérifié une dernière fois sa coiffure, la tenue de ses vêtements, Chantal entendit sa mère l’appeler et descendit l’escalier avec toute la grâce et la légèreté d’une gazelle.
Elle grimpa dans la voiture qui la conduisit en quelques minutes à la gare RER la plus proche.
L’aventure commençait.
Sa mère venait de la déposer à l’entrée du nouveau monde, le monde des grands.
Chantal venait de franchir la barrière qui séparait l’enfance de l’adolescence.
Que lui  réservait ce monde tant secret, tant « sectaire », tant décrier pas les adultes ?
Les prochains jours allaient devenir la vitrine de son avenir.
Son prix : 16€ (+ 3€ port   soit 19 €)
(Livraison en 2 jours ouvrés, dans une enveloppe à bulle,
 marque-pages offert.) 
 Livre écrit en gros caractères pour un meilleur confort de lecture ! 
Livre répertorié sur des sites internet :
Passagedulivre.com
Passiondulivre.com 
  Librairiedialogues.fr
Lechoixdeslibraires.com
 
 
  9d74whd2
 
BONNE LECTURE A TOUTES ET TOUS !
 
4dyvo1a8.gif 
 
 
Sans titre 1
 
 
   dv8emj1v.gif   
 

porte%20bonheur1

 


 
Bon de commande à recopier ou imprimer
« Au jardin des mots » au prix de 16€
Les frais de port sont à rajouter : 2€, expédition dès réception de la commande.
Nom, prénom : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Adresse : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Code postal : . . . . . . . . .. . . . . Ville : . . . . . . . . . . . . . .. . . . .
Pays : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
E-mail : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Tél. : . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Je commande . . . Exemplaire (s) x 18 € = . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . €
Date et signature :
Coupon-réponse + règlement par chèque à l’ordre de Monique CLUZEAU
(Éditions des souvenirs d’antan Siret No 534 149 000 18)
À envoyer à : Monique CLUZEAU, 4, rue de la mare 79190 LIMALONGES
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés